L’ONU demande la libération immédiate des militants de l’opposition arrêtés à Lubumbashi

La Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) condamne l'arrestation de nombreux militants de partis politiques membres du Rassemblement des forces politiques et sociales de la République démocratique du Congo acquises au changement par les forces de défense et de sécurité congolaises, hier à Lubumbashi, dans la province du Haut-Katanga.
 
Les membres du Rassemblement participaient à une réunion privée au siège de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS). Trois véhicules de la Police nationale congolaise (PNC) sont arrivés sur les lieux pour les encercler avant de faire appel à une unité commando des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) pour forcer l'entrée du lieu de réunion dans lequel les militants s'étaient barricadés. Les forces de défense et de sécurité ont alors arrêté de nombreux militants.
 
«Je demande instamment aux autorités congolaises la libération immédiate et inconditionnelle des personnes arrêtées arbitrairement hier à Lubumbashi», a déclaré Maman Sidikou, Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies en République démocratique du Congo et chef de la MONUSCO. « Je rappelle également aux autorités congolaises leurs obligations de garantir les libertés publiques et les droits civils et politiques à tous, conformément à la Constitution et aux engagements internationaux de la RDC».

Le Nigeria arrête un nouveau combattant de Boko Haram dans la région du sud-ouest

La police nigériane a déclaré mardi avoir remis un membre présumé du groupe terroriste Boko Haram à l'armée, qui s'occupera de la poursuite de son interrogatoire et des autres mesures nécessaires. La police de l'État d'Ondo dans le sud-ouest du pays a déclaré avoir arrêté dimanche dernier ce suspect, un homme de 20 ans originaire de l'État de Nasarawa dans le centre du pays.

Le festival de la bande dessinée ouvre ses portes à Alger

La 10e édition du Festival international de la bande dessinée d'Alger (FIBDA) a ouvert mardi ses portes et ce pour cinq jours pour accueillir les bédéistes venus de 17 pays ainsi que le public venu en grand nombre. En inaugurant ce rendez-vous placé sous le thème "Dix ans déjà et ça continue !" le FIBDA "s'impose d'année en année comme un évènement incontournable sur la scène culturelle en Algérie", a estimé le ministre de la Culture Azeddine Mihoubi.
 
Pour la circonstance, l'ambassadeur de France en Algérie, Xavier Driencourt, a déclaré que cette édition qui met à l'honneur son pays était "une belle illustration" des relations entre les deux pays et entre bédéistes algériens et français, estimant que l'Algérie était un pays pionnier dans le 9e art à l'échelle de l'Afrique. Lors de la cérémonie d'inauguration, des bédéistes de renom ont été présents. Il s'agit de Frank Margerin, Lax, Jacques Ferrandze et Francis Groux, fondateur du Festival de la bande dessinée d'Angoulême, première manifestation dédiée à l'art des bulles en France.

Le président béninois Patrice Talon effectuera une visite d'une semaine à Paris

Le président béninois, Patrice Talon, effectuera du 2 au 9 octobre prochain, une visite d'amitié et de travail à Paris en vue du renforcement de la coopération bilatérale entre le Bénin et la France, a-t-on appris auprès de la présidence béninoise. Selon cette même source, au cours de cette visite, le président béninois, Patrice Talon sera reçu à l'Elysée par son homologue français, Emmanuel Macron,pour discuter de la coopération bilatérale et de nouvelles orientations pour la mise en œuvre du programme d'action du gouvernement béninois. Les deux hommes d'Etat aborderont également des sujets d'actualité internationale et africaine en matière de paix, de sécurité et de développement.
 
Au cours de son séjour dans la capitale française, le président béninois, Patrice Talon, discutera également avec les partenaires privés des opportunités d'investissement au Bénin dans le cadre du partenariat public-privé. Le président Talon rencontrera les Béninois de la diaspora pour évoquer avec eux, les enjeux et les progrès du "Bénin Révélé", programme d'action du gouvernement.

Algérie : cinq terroristes tués près de Béjaïa

Les éléments de l'armée algérienne ont éliminé dimanche cinq terroristes à El Kseur, une localité relevant de la province de Béjaïa et située à 220 km à l'est d'Alger, a indiqué dans un communiqué le ministère de la Défense nationale (MDN). Cette opération qui a, selon la même source, été rendue possible suite à une opération de recherche et de ratissage, a permis de récupérer cinq pistolets mitrailleurs de type Kalachnikov, munis chacun de trois chargeurs garnis. En outre, l'élimination de ces cinq terroristes vient, ajoute le texte, "en continuité de celle du 28 septembre dernier, laquelle a permis l'élimination d'un terroriste et la récupération d'un pistolet mitrailleur de type Kalachnikov avec trois chargeurs garnis".

Libye : le port de Benghazi rouvre après trois ans de fermeture

Douze soldats et un civil ont été arrêtés dimanche alors que les autorités somaliennes enquêtent sur un attentat qui a causé deux morts il y a trois jours. Le ministre somalien de la Sécurité intérieure Mohamed Abukar Islow Dualle a déclaré que l'arrestation visait à renforcer la sécurité dans la région volatile de la région de Benadir."Nous avons pris des mesures pour garantir que la sécurité soit renforcée suite à une attaque mortelle qui s'est produite récemment dans cette région", a-t-il déclaré. "Les forces de sécurité ont capturé un suspect avec un véhicule qui aurait été utilisé pour faire le tour dans le district de Hamar-weyne il y a trois jours".
 
Le secrétaire de l'Organisation nationale des femmes du pays et le fils de la présidente de l'organisation ont été tués dans des fusillades. "Nous avons également arrêté 12 soldats qui étaient en service pendant que le meurtre a eu lieu", a déclaré M. Dualle. Il a ajouté que deux agents de sécurité supérieurs dans le district de Hamar-Weyne ont été licenciés et que les enquêtes vont bientôt commencer à établir leur responsabilité dans les meurtres.