La Côte d'Ivoire veut investir 4,5 milliards d'euros dans le tourisme

La Côte d'Ivoire veut investir 3.000 milliards de francs CFA (4,5 milliards d'euros) dans le tourisme via un fonds souverain afin de faire décoller ce secteur sous-développé dans ce pays touché par une décennie de crise politico-militaire, a annoncé le ministre du Tourisme. "L'objectif avec ce fonds souverain de 3.000 milliards de francs CFA, c'est d'être la 5e destination africaine (...) et de devenir le 3e pôle d'activité du pays", a ajouté le ministre, Siandou Fofana.
 
Aujourd'hui, le tourisme ne pèse que 5,5% du PIB de 36 milliards de dollars de la Côte d'Ivoire, soit un poids de 300 milliards de francs CFA (457 millions d'euros) avec 120.000 emplois directs pour une population de 24 millions d'habitants. Le ministre espère doubler la valeur absolue du secteur d'ici à 2020. Le pays, qui a longtemps été déserté par les investisseurs et les touristes en raison de la crise politico-militaire, s'est stabilisé depuis 2011 et est redevenu un leader régional avec une croissance importante et des indicateurs économiques au vert. Toutefois, le pays souffre d'une faible capacité hôtelière pour le tourisme d'affaires ainsi que le tourisme de loisirs ou balnéaire.
 
La Côte d'Ivoire ambitionne de construire de nombreux hôtels sur la côte et à l'intérieur du pays, plusieurs parcs animaliers, aquatiques et d'attractions, une marina à Abidjan. Elle veut mettre en place une filière de "villas Ivoire, relais paillotes" sur le modèle des maisons d'hôtes en Europe.

Tunisie: des actes de vandalisme dans des heurts nocturnes

Quelque 237 individus ont été interpellés dans les 48 dernières heures pour leur implication dans des actes de pillage et de vandalisme ayant accompagné des mouvements de protestation nocturnes dans 11 provinces du pays, a annoncé mercredi le porte-parole officiel du ministère tunisien de l'Intérieur, Khalifa Chibani. Selon lui, les actes de pillage avaient eu lieu dans les quatre provinces du grand-Tunis (Manouba, Ben Arous, Ariana et Tunis) ainsi que Kasserine (centre-ouest), Beja (nord-ouest), Sidi Bouzid (centre), Sfax et Sousse (Est), Kebili et Gafsa (sud-ouest).
 
Le bilan fait état de 58 agents sécuritaires (police et garde nationale) blessés dans des heurts nocturnes outre la détérioration de 57 véhicules et engins sécuritaires. "Ces individus interceptés n'ont aucun lien avec les mouvements de manifestations ni la cause défendue par les protestataires à savoir le hausse des prix et certaines dispositions de la nouvelle loi des finances pour 2018", a commenté le porte-parole du ministère de l'Intérieur.
 
Dans la soirée de mardi à mercredi, dans les 11 provinces mentionnées par M. Chibani, des jeunes se sont rassemblés pour prendre d'assaut certains commerces privés voire même des agences bancaires alors que d'autres jeunes ont osé incendier des dépôts municipaux et douaniers.

Bénin : les syndicats de la santé annoncent une grève de 72 heures

Le Collectif des syndicats de la santé au Bénin a décidé d'observer une grève de 72 heures sans service minimum par semaine et par tacite reconduction dès le 16 janvier prochain sur tout le territoire pour protester contre le retrait du droit de grève aux agents de santé, a-t-on appris mercredi de source officielle à Cotonou.
 
Selon la motion de grève adressée au gouvernement, le collectif décide également de boycotter la production des rapports statistiques au niveau de toutes les formations sanitaires du pays, l'exécution des projets et programmes ainsi que les activités du comité de direction, les supervisions, les séminaires, les ateliers et toutes autres formations.
 
Les députés béninois ont révisé le 28 décembre la loi sur la fonction publique en supprimant l'exercice de droit de grève aux agents de la justice et aux agents de santé et de sécurité.
 
Pour le Collectif des syndicats de la santé, le droit de grève est reconnu par l'article 31 de la Constitution du 11 décembre 1990. Il estime que cette suppression constitue "une trahison à l'égard du peuple souverain et une duperie dont la finalité est d'affamer les travailleurs à travers la non satisfaction des nobles et légitimes revendications"

Centrafrique : annulation d'une dette de près de 200 millions de yuans

Le gouvernement chinois a annulé une dette de 198,35 millions de yuans (environ 17 milliards de francs CFA) contractée par le gouvernement centrafricain et arrivée à échéance depuis 2015, a-t-on appris auprès du ministère centrafricain de l'Economie, du Plan et de la Coopération. "Cette annulation de dette décidée par le gouvernement chinois vise à soutenir le développement de la République centrafricaine (RCA) et l'amélioration du bien-être de la population", a déclaré l'ambassadeur de Chine en Centrafrique, Ma Fulin, à l'issue de la signature du protocole d'accord avec le ministre centrafricain de l'Economie, Félix Moloua.
 
La Chine fait partie des pays qui se sont mobilisés pour aider la RCA à se relever à la suite de la crise politico-militaire qui l'a secouée depuis décembre 2012. Les domaines de coopération entre la Chine et la RCA sont multiples et comprennent, entre autres, les infrastructures, la santé, le sport, l'agriculture et les échanges commerciaux.

Tchad: le gouvernement suspend l'abattement des salaires des agents de l'Etat

La décision d'abattement des salaires des agents de l'Etat a été suspendue, a annoncé mercredi le Premier ministre tchadien, Pahimi Padacké Albert, au cours d'une rencontre avec les partenaires sociaux et les centrales syndicales.

Centrafrique : la MINUSCA avoue avoir contenu les pertes humaines à Paoua

La présence de Casques bleus dans la ville centrafricaine de Paoua (nord-ouest) a permis de contenir la situation sécuritaire et limiter la mort de civils innocents, a dit le porte-parole de la mission onusienne en Centrafrique (MINUSCA), Vladimir Monteiro.