Le Printemps des Poètes des Afriques et d’Ailleurs 2016

Le 13e Printemps des poètes des Afriques et d’Ailleurs a été lancé le 14 mars à Paris. Cette édition se déroule sous le thème: "le Grand XXe siècle: apport de la francophonie".

La poésie de la Grande Île était à l'honneur en cette première soirée. Les poètes malgaches d'hier et d'aujourd'hui ont été célébré à travers les lectures des poèmes, en français et malgache, de Jacques Rabémananjara, Dox ou Flavien Ranaivo (hier) et ceux de Fredy Jaofera, Francine Ranaivo ou Hanitr'Ony pour la nouvelle génération. C'était l'occasion pour le public, un peu à l'étroit dans la salle, d'aller à la découverte, tel des explorateurs, de la poésie malgache tout en savourant la cuisine locale. Au cours du printemps 2016, trois hommages seront rendus. Le premier à l'écrivain ivoirien, Bernard B. Dadié, le père de la littérature ivoirienne, qui célèbre son centenaire cette année.

Resto a2ba5

Les deux autres hommages sont les soixante ans de la publication de ''Black label'' de Léon Gontran Damas (une lecture musique de l'œuvre est prévue avec Evelyne Pèlerin Ngo Maa à la lecture et Christophe Césaire, petit-fils du poète, au piano) et du Grand Prix littéraire de l'Afrique Equatoriale Française décerné à Martial Sinda, poète de la négritude, pour ''Premier chant du départ''. Prix remis pour la première fois à un auteur noir. Les poèmes de Marcel Sinda, le premier poète congolais et parrain de ce printemps 2016, seront lus à la Société des poètes français. L'autre moment phare de cette année est le défilé poésie. Un défilé de mode avec lecture de poèmes avec les poètes de l'Anthologie des poèmes d'amour des Afriques et d'Ailleurs selon le principe : le modèle défile, s'arrête et dit un poème.

Ce rendez-vous de la poésie a été lancé il y a treize ans par le poète Thierry Sinda, fils de Martial Sinda. ''Les poètes de l'Afrique, des Caraïbes et de l'Océan indien avait très peu de place dans la manifestation nationale. Alors en 2004, au moment où l'on a voulu me programmé après la publication de mon livre, j'ai pensé qu'il était plus intéressant de présenter plusieurs auteurs.

C'est à partir de ce moment que j'ai cherché, avec des amis, à rassembler des auteurs de l'Afrique, des Caraïbes et de l'Océan indien et je me suis rendu compte que nous avions des choses en commun. J'ai créé, avec le festival, le mouvement de la néonégritude qui est la revalorisation culturelle du monde noir dans les lettres françaises à une époque post ou néocoloniale puisque la négritude est la revalorisation culturelle du monde noir à l'époque coloniale'' explique-t-il. ''Nous avons un ambassadeur qui circule partout, l'Anthologie des poèmes d'amour des Afriques et d'Ailleurs. Nous avons une petite semaine chaque année mais cette anthologie est en bibliothèque toute l'année ça permet de se faire connaitre par de nombreuses personnes'' poursuit le président du festival.

Le 13e printemps des poètes des Afriques et d'Ailleurs fermera ses portes le 20 mars prochain par la lecture des poèmes de liberté et d'amour devant le monument à la République à la Place du même nom pour un autre hommage. Cette fois-ci aux victimes des attentats.