Dakar aux couleurs du Dak'art 2016

La 12e édition de la biennale de l'Art africain contemporain Dak'art 2016 se tient jusqu'au 02 juin. Plusieurs prix ont été décernés aux artistes à l'ouverture.

Artistes peintres, dessinateurs, décorateurs, etc, des quatre coins du monde, notamment du continent africain, ils ont pris d'assaut Dakar, la capitale sénégalaise pour participer à la 12e édition de la biennale de l'art africain contemporain, Dak'art 2016.

sn dakart d45fa

L'ouverture officielle a été faite le 04 mai et le thème choisi est "La cité dans le jour bleu". Le président Macky Sall lors de la cérémonie, a expliqué la portée de cet évènement assurant la promotion des artistes africains: " La culture et l'art sont des facteurs de cohésion et de lien social dans la mesure où ils tissent la trame de fond d'une identité sans cesse renouvelée."

"En cette ère de mondialisation, la culture et l'art sont l'esprit même de la civilisation et façonnent la nature humaine en donnant sens aux actions de l'homme," affirme Macky Sall pour qui la création du Dak'art s'inscrit dans la tradition d'élévation de la culture et des créateurs depuis le temps du président Léopold Sédar Senghor.

Macky Sall a rappelé que l'Etat sénégalais a toujours soutenu financièrement la biennale. Mieux, il annonce de porter ce soutien à 500 millions de Fcfa à partir de 2017: "Pour l'édition 2016, je voudrais assurer le président du comité d'orientation que vos déficits seront comblés pour la belle réussite de cette édition. Je demande au ministre de la Culture de porter à 500 millions la subvention de l'Etat."

Distinctions

La cérémonie d'ouverture a été aussi l'occasion de décerner les prix aux différents artistes. L'Egyptien Youssef Limoud reçoit le Grand prix Léopold Sédar Sengor. Né au Caire en 1964, cet ancien sociétaire de la faculté des Beaux arts du Caire a été primé pour l'installation d'un Maqam (mausolée d'un saint) à l'ancien palais de Justice. Il empoche un chèque de 10 millions de Fcfa.

Le prix de l'Uemoa a été décerné à l'artiste peintre sénégalais Yacinthe Bassène pour son oeuvre traitant la problématique de la migration.

Le prix du ministère de la Culture et de la Communication a été décerné à l'artiste nigériane Modupeola Fadugba dont l'oeuvre parle de l'éducation des filles au Nigéria.

Sammy Baloji a obtenu le prix de l'Oif pour son installation photographique intitulée "les fragments de Ouakam".