FESPACO 2017: Alain Gomis remporte l’Etalon d’or de Yennenga

Lesénégalais, Alain Gomis, remporte l’Etalon d’or de Yennenga à la 25e édition du FESPACO, avec son long métrage "Félicté". Un hommage à la dignité au féminin.

Le rideau est tombé, samedi, sur la 25e édition du Festival international du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO), avec le sacre du réalisateur sénégalais, Alain Gomis. Cet habitué de la manifestation a remporté la récompense suprême, l'Etalon d'or de Yennenga, avec son film « Félicité », tourné en République démocratique du Congo.
 
bf fespaco prix eb92dAlain Gomis et les présidents Ouattara et Kaboré
 
Il reçoit ainsi son deuxième Etalon d'or, après celui de 2013 obtenu grâce à son film « Aujourd'hui ». L'œuvre, qui a impressionné le jury, traite des déboires d'une mère, qui fait face aux difficultés quotidiennes. Le président du jury, le Marocain Nour-Eddine Saïl, a expliqué, que le film a séduit par la qualité du sujet, la technique et la production. Tout ému, Alain Gomis a reçu son trophée des mains des présidents burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré, et ivoirien, Alassane Ouattara, dont le pays est invité d'honneur de la présente édition de la biennale du cinéma africain. « C'est un grand honneur de recevoir ce trophée. Je remercie tous ceux qui m'ont aidé à faire ce film, à commencer par le producteur Omar Sall », a-t-il commenté.
 
L'Etalon d'or 2017 a dans la foulée rendu un hommage appuyé à des devanciers, comme le guinéen Cheihk Fantamady Camara, « ce grand soldat du cinéma» et son compatriote Ousmane Sembène. « Ces figures m'ont donné une image de l'excellence de la culture du FESPACO. »
 
Victoire du cinéma
 
La remise de l'Etalon d'or de Yennenga a été le clou de la cérémonie de clôture, haute en couleurs et en émotions. Des prestations d'artistes de la sous-région, telle la Malienne Djenaba Seck et du Burkina, et un spectacle de danse ont meublé la dernière articulation du FESPACO.
 
Des moments, qui n'ont pas laissé insensibles les chefs d'Etat burkinabè et ivoirien, témoins privilégiés de la clôture. « C'est la première fois que je participe au FESPACO. Je dois dire que c'est spectaculaire et formidable. J'ai vécu quelque chose de particulier et de profond. La culture célébrée avec tant de joie et d'organisation, » a confié Alassane Ouattara. Roch Marc Christian Kaboré a été aussi impressionné, avec un fort sentiment de fierté. « Les lampions du FESPACO se sont éteints. Ça a été une victoire du cinéma. Nous devons travailler à faire émerger une industrie cinématographique en Afrique, c'est un grand défi, et nous allons travailler à ce que ce soit une réalité, » a-t-il dit.
 
Dans l'ensemble, les organisateurs du festival ont tiré un bilan positif des activités. « Ce 25e FESPACO a été un moment de vives émotions, plein de découvertes et de réflexions », s'est réjoui le délégué général du festival, Ardiouma Soma.