Le mal togolais selon Fulbert Sassou Attisso

L'opposant Fulbert Sassou Attisso vient de sortir un nouvel ouvrage, intitulé : "Le mal togolais. Quelle solution ?".

Après des livres comme "Le Togo sous la dynastie des Gnassingbé" ou "de l'Unité Africaine de N'Krumah à l'Union Africaine de Kadhafi", Fulbert Sassou Attisso, journaliste, écrivain, essayiste et président du parti "Le Togo autrement" sort un nouvel ouvrage, un essai politique intitulé "Le mal togolais. Quelle solution ?" aux éditions L'Harmattan. Un livre qui fait 207 pages.

tg fulbert sassou attisso auteur du livre 960f6

Selon l'auteur, par ce titre, il est question "de marteler qu'il existe un mal togolais. Et le dire c'est valider un postulat que tous ceux qui connaissent le Togo savent. C'est enfoncer une porte déjà ouverte. La redite vaut la peine".

"Voilà un pays qui n'a pas connu d'alternance depuis bientôt cinquante ans, dans lequel la démocratie peine à s'installer et où les populations vivent mal alors que les richesses nationales suffisent à faire leur bonheur. Le Togo a mal, " poursuit-il.

"Le mal togolais, c'est le face-à-face non-rompu entre les doctrines du nationalisme et du progressisme. C'est la rivalité entre un projet politique qui a été écarté du pouvoir en 1963 et la volonté de conservation des alliés de l'ancien colonisateur," confie l'auteur.

Pendant que les premiers se battent pour revenir au pouvoir, les seconds travaillent à la conservation du pouvoir. Ce face-à-face a réduit la vie politique à un ring où les nationalistes et les progressistes se battent pour le contrôle du pouvoir. Les autres courants politiques se contentent de la portion congrue, soutient-il.

La solution

Comme solution au mal togolais, Fulbert Sassou Attisso propose de mettre fin au "tête-à-tête entre nationalistes et progressistes. La solution réside dans l'appropriation de l'histoire commune, celle qui unit les Togolais, nationalistes comme progressistes, autour des gloires et des échecs partagés, et dans une volonté de construire ensemble un même avenir".