Présentation de l’ouvrage ‘’Franklin, l’insoumis’’ à Paris

L’ouvrage collectif ‘’Franklin, l’insoumis’’ (La Doxa) a été présenté au public, samedi 5 mars 2016, en présence de dix des quatorze co-auteurs.

La salle semblait trop juste pour contenir le flot de curieux venus assister à la dédicace de cet ouvrage qui rend hommage à l'un des artistes les plus engagés que l'Afrique ait connu. La musique était son mode d'expression mais l'hommage se fait en littérature. La frontière séparant les deux genres artistiques étant très mince. Les auteurs ont recrée l'univers musical de l'artiste dans la littérature. Ainsi, quatorze titres ont donné naissance à des nouvelles, des essais ou une lettre.

Flanklin 6ac7cLégende: les auteurs présents et l'éditrice de l'ouvrage Flanklin l'inssoumi

Au cours de la cérémonie, dirigée avec maestria par Dominique Tchimbakala avec des intermèdes musicaux signés Jackson Babingui, il ne fut pas uniquement question du livre mais aussi de l'artiste et militant engagé, assassiné il y a 44 ans, à travers les témoignages de trois personnes qui l'ont connu : Clément Ossinondé, Pierre Eboundit et Maxime Ndébeka. Ces deux derniers ne s'étaient plus revus depuis 1972. Ils étaient avec Franklin Boukaka peu de temps avant son arrestation et la présentation de cet ouvrage collectif a permis aux deux frères de lutte de se revoir après tant d'années. A travers leurs témoignages, le public apprend que l'adhésion, en 1962, de l'artiste au Parti Communiste Congolais serait à l'origine du changement des contenus de ses chansons. De la rumba, il passe à la musique militante. ''Il avait maintenant une conscience très aigue des problèmes liés à la lutte de libération des peuples africains et congolais'' raconte Clément Ossinondé.


Cette dimension panafricaine de l'artiste-militant se retrouve aussi dans le projet littéraire. Les quatorze auteurs sont originaires de plusieurs pays d'Afrique (Benin, Cameroun, Congo, Gabon, Sénégal,..). ''Cinquante ans après les indépendances, les questions abordées par Franklin Boukaka sont encore d'actualité. L'idée c'est de lui rendre hommage, d'aborder toutes ces questions et surtout de prendre une dimension continentale dans le projet. Faire intervenir des gens pas que du Congo. Franklin Boukaka, ce n'est pas que de la politique, il y a aussi de belles histoires d'amour, l'émancipation de la femme'' explique Marien Fauney Ngombe, l'initiateur du projet. Un projet commencé il y a une année.

L'engouement du public autour du livre témoignage de l'intérêt qu'il porte non seulement à celui-ci mais aussi à l'artiste trop disparu, à 32 ans. La richesse de l'œuvre de Franklin Boukaka n'est plus à démontrer. Un artiste ne meurt pas dit-on et ce livre à plusieurs voix continue à perpétuer le souvenir de ce grand fils d'Afrique. ''La cérémonie fut riche en émotions et en savoirs. Franklin Boukaka, quel héritage ! Ses amis et frères d'armes étaient aussi là pour lui rendre hommage et témoigner de la richesse de son œuvre'' souligne Nadia Origo, l'éditrice tandis que pour Aurore Foukissa, l'une des co-auteurs, ''tout en sonorités, hommages appuyés et signatures effrénées, l'après-midi fut belle et paisible. Les héros ne meurent jamais, hier en a été une parfaite démonstration''. Le livre est maintenant à la portée de tous, à chaque lecteur de s'en approprier et se faire une idée.