Le courant de la Fleuvitude

Le poète Modibo Ibrahima Kanfo revient sur la place du fleuve dans la littérature. Il est au centre des cultures et des récits.

La littérature est un véritable moyen pour promouvoir les cultures, au-delà de la dénonciation et de la distraction. Elle reste indispensable pour les hommes. Elle a connu beaucoup de changements au fil du temps.

mali fleuvitude 07fa8

Au-delà de sa forme orale, sa forme écrite a hérité un véritable succès de l'Antiquité à nos jours. De nombreux courants et mouvements littéraires, dont le classicisme, le parnasse, la négritude... ont vu le jour.

Nous sommes au XXIe siècle ; siècle dans lequel les épidémies, les mésententes, les conflits et les guerres continuent à bouleverser le monde (notamment, la crise malienne de 2012, les affrontements en Syrie, la voix des armes en Libye . . .)

En outre, l'éducation, elle-même, n'est-elle pas en perte de vitesse ? Au cœur de ce malaise, les écrivains congolais, désireux d'éteindre tous ces maux à travers la littérature, viennent d'engendrer la Fleuvitude, un courant de pensées !

La Fleuvitude est un néologisme rapport entre le suffixe ''fleuve'' et le substantif ''attitude'' comme pour imager le rapport de l'homme à la vie qui coule comme le fleuve.

La Fleuvitude est tout d'abord la liberté de vivre comme l'écoulement du fleuve ; et chacun est libre de comprendre la Fleuvitude à sa manière. Elle vise la stabilité, l'amélioration de notre culture, de notre éducation, bref de notre manière de vie.

La Fleuvitude, à mon sens, est l'art d'améliorer, de tirer des leçons à travers l'enseignement du fleuve.

Comment et que nous enseigne le fleuve ?

C'est d'abord l'union que le fleuve nous enseigne, quand on l'observe. Il nous invite à nous unir pour être forts. Cela est incontestable.

Je pense, si l'on essaye de répondre à la question : combien de gouttes d'eau se sont réunies pour devenir un fleuve ? : Si les gouttes d'eau sont unies dans le fleuve, donc les hommes peuvent s'unir dans la société.

En plus, le fleuve coule sans cesse ; il coule nuit et jour, et cela avant le premier souffle de l'Homme sur terre et il continue à couler à la fin de ses jours. À travers cet écoulement continu, le fleuve nous enseigne le courage, sinon la persévérance. Donc nous devrons être persévérants, même après des échecs : ainsi la réussite couronnera nos efforts. Nous devons aussi avoir le courage de toujours supporter les difficultés de la vie.

Ce n'est pas tout : le fleuve, en coulant doucement, nous enseigne ''la prudence'' ; il nous enseigne également le partage à travers son trajet ; il traverse des villages, des nations et même des pays de cultures et ethnies différentes. Ici, le fleuve nous guide vers la capacité de vivre en harmonie avec nos semblables, même de cultures ou de pays différents.

Le fleuve nous invite également à garder toujours un souvenir de nos anciens, nos ancêtres, car ''qui connait ses ancêtres n'est jamais perdu''. Le fleuve même finit toujours sa course en rejoignant ses ancêtres dans la mer.

Nous tirons des leçons dans l'écoulement du fleuve. L'enseignement du fleuve est si profond, si sacré et si important. À travers le fleuve, on peut reconstruire la vie en mettant un terme aux mésententes, aux discordances, aux guerres et à tous les maux de notre société.

Ainsi, chacun peut comprendre la Fleuvitude à sa manière et tirer de bonnes leçons du fleuve pour améliorer sa vie.

Les poètes et le courant

Beaucoup d'écrivains, qui sont déjà partisans de ce courant de pensées, commencent à célébrer le fleuve dans leurs écrits. Les plus connus sont des poètes. La Fleuvitude n'a pas seulement fleuri au Congo ; elle est déjà sollicitée dans plusieurs pays de l'Afrique centrale (Congo-Brazzaville, Congo-Kinshasa, Angola, Gabon, etc.), dans quelques pays de l'Afrique de l'ouest (Mali, Sénégal ...), en Europe (France, Roumanie), aux Antilles (Haïti).

Parmi les poètes de la Fleuvitude, nous pouvons citer Aimé Eyengué (écrivain Congolais - Congo Brazzaville) ; c'est d'ailleurs lui qui est à la base de la naissance de ce beau courant de pensées, avec son livre intitulé Par les temps qui courent... (éditions L'Harmattan en 2015). Nous pouvons également citer Eimile-Flore Faignond, Liss Kihindou, Pierre Ntsemou, Diaf Bikriyan (poètes congolais) ; Mireille Tallet et Guy Delvig (poètes français), Riamassi Noreka et Modibo Ibrahima Kanfo (poètes maliens) ; Mamadou Diouf (poète sénégalais)...

Négritude et Fleuvitude, de Liss Kihindou, est le premier livre étudiant la Fleuvitude.

La Fleuvitude a tenu son premier congrès international en novembre 2016, à l'occasion du 60e anniversaire du premier congrès des artistes et intellectuels noirs de Paris et du 50e anniversaire du festival des arts nègres de Dakar. Elle commence à influencer les universités . . .

Ecrit par Modibo Ibrahima Kanfo

Poète, Modibo Ibrahima Kanfo, est membre fondateur du mouvement des jeunes écrivains du Mali. Licencié ès Lettres, il est actuellement en maîtrise de Lettres à la Faculté des Lettres, des Langues et des Sciences du langage de Bamako.