Burkina : François Compaoré résiste à son extradition de la France

François Compaoré, frère cadet du président déchu burkinabè, Blaise Compaoré, s'est opposé mercredi à son extradition depuis la France où il a comparu lors d'une audience de notification de la demande d'extradition du Burkina Faso dans le cadre du dossier d'assassinat en 1998 du journaliste d'investigation Norbert Zongo, a-t-on appris de source officielle à Ouagadougou. "A la question de savoir, comme la procédure l'exige, s'il consentait à être remis aux autorités judiciaires du Burkina Faso pour y être jugé, monsieur Paul François Compaoré a répondu +non+. Le dossier a alors été renvoyé au 7 mars 2018 pour être plaidé au fond et la Chambre du contrôle de l'instruction rendra sa décision après cette audience", peut-on lire, mercredi soir dans un communiqué du ministère burkinabè de la Justice.

RDC: des millions de personnes dans le Kasaï menacées par la faim (ONU)

Une crise alimentaire dans la région du Grand Kasaï, en République démocratique du Congo (RDC), pourrait se transformer en catastrophe à long terme en raison du manque d'argent pour l'assistance humanitaire, a averti jeudi le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM). "Nous laissons tomber ceux qui ont le plus besoin de nous", a déclaré Claude Jibidar, Représentant du PAM en RDC. "Sans le soutien immédiat des donateurs, beaucoup - en particulier les femmes et les enfants - mourront", a-t-il prévenu.
 
L'éruption de violence dans ce qui était autrefois une région pauvre mais paisible de la RDC a fait d'innombrables victimes. Environ 1,4 million de personnes ont été chassées de chez elles. Les taux de malnutrition traditionnellement élevés ont explosé, a précisé l'agence humanitaire onusienne, cité par l'ONU dans un communiqué publié jeudi.

Côte d'Ivoire-Burkina Faso : réhabilitation du chemin de fer

Après quatre ans de tractations, le réhabilitation du chemin de fer reliant Abidjan à la ville burkinabè de Kaya, via Ouagadougou, va enfin démarrer. Les travaux lancés ce 4 décembre vont coûter la bagatelle de 260 milliards FCFA entièrement à la charge de l'exploitant, Sitarail, filiale du groupe Bolloré, qui gère et opère ce réseau ferroviaire depuis 23 ans.

Les travaux vont s'étendre sur 8 ans en deux phases. La première (2018-2021) concerne le réseau existant. Elle porte sur le renouvellement de 853 km de voies ferrées, la sécurisation de 51 passages à niveau, la réhabilitation de 31 gares, de 50 ouvrages d'art et des ateliers de maintenance. Il est également prévu le renforcement du matériel roulant avec l'acquisition et la modernisation des équipements, locomotives et wagons.

La seconde phase devra concerner une extension du réseau ferroviaire vers la ville minière burkinabè de Tambao (qui de l'un des plus importants gisements de manganèse au monde), en vue de faciliter l'acheminement du minerai de vers le port d'Abidjan. A terme, ce sont plus de 5 millions de tonnes de marchandises et près de 800 000 voyageurs (contre 800 000 tonnes de fret et 200 voyageurs actuellement) qui pourront être transportés chaque année.

Le PM portugais en visite au Maroc

Le Premier ministre portugais, Antonio Costa a entamé une visite de travail au Maroc, durant laquelle il co-présidera avec son homologue marocain Saâd Eddine El Othmani, la 13ème session de la réunion de haut niveau Maroc-Portugal. Les travaux de cette réunion seront sanctionnés par la signature d'une kyrielle de conventions de coopération couvrant divers domaines, indique un communiqué du gouvernement marocain.
 
Lors de sa visite dans le Royaume, le responsable portugais assistera aux travaux du Forum économique maroco-portugais. L'énergie, l'automobile et le textile sont, entre autres, les principaux secteurs qui ont fait l'objet d'intenses échanges dernièrement entre les deux pays.
 
Les deux pays ont aussi entamé des négociations pour réaliser le projet d'une ligne d'interconnexion électrique d'une capacité de 1.000 MW, dont l'étude de faisabilité sera conclue très probablement avant la fin de cette année.

Boko Haram enlève dix personnes lors d'une attaque contre un village de l'extrême-nord du Cameroun

Un groupe d'individus armés soupçonnés d'être affiliés à la secte islamiste Boko Haram a enlevé dix personnes et tué deux autres après un raid dans un village de la région de l'Extrême-Nord, principale cible des attaques que le groupe djihadiste mène sur le sol camerounais depuis 2014, a-t-on appris de source sécuritaire. L'attaque survenue dans la localité de Tchebe Tchebe, une zone proche de la frontière nigériane, dans la nuit de samedi à dimanche, a coûté la vie à deux civils, au même titre que les dix personnes enlevées. Celles-ci ont été conduites vers une destination inconnue, a précisé cette source sans pouvoir donner plus de détails sur l'attaque.

Le Parlement zimbabwéen expulse les alliés de l'ex-président Mugabe

L'Assemblée nationale du Zimbabwe a expulsé cinq députés qui étaient des alliés proches de l'ex-président Robert Mugabe. Ces expulsions surviennent après que le parti au pouvoir, ZANU-PF, a informé le Parlement que ces hommes politiques ne représentaient plus les intérêts du parti. Cette nouvelle survient après l'expulsion par le commissaire politique national et ex-ministre du gouvernement local, Savior Kaukuwere, du député de Tsholotsho Nord qui était également ministre de l'Éducation supérieure et tertiaire, Jonathan Moyo, de l'ex-secrétaire du parti à l'administration et ministre des Finances, Ignatius Chombo, du secrétaire du parti à la jeunesse, Kudzanai Chipanga, et de l'ex-ministre des affaires provinciales du Manicaland, Mandi Chimene, entre autres personnalités importantes du parti accusées de divers griefs et notamment d'avoir divisé le parti en factions.