Centrafrique: deux leaders de la société civile en liberté provisoire après une semaine de détention

Le parquet de Bangui a finalement mis en liberté provisoire lundi 14 novembre, Gervais Lakosso et Marcel Mokwapi, deux leaders du Groupe de Travail de la Société Civile ( GTSC ) arrêtés le 8 novembre dernier.
 
Il leur était reproché les infractions d'atteinte à la sûreté intérieure de l'État, troubles à l'ordre public, violences et destructions de biens d'autrui. Des infractions en lien avec la journée ville morte du 24 octobre qui a fait officiellement 6 morts et 14 blessés.

Du commissariat du port de Bangui où ils ont été auditionnés, les deux leaders du GTSC ont été transférés à la prison du Camp De Roux d'où ils ont été libérés.
 
Cependant, cette liberté provisoire est assortie de conditions comme par exemple le droit de ne pas s'exprimer publiquement.

RDC: démission du premier ministre Matata Ponyo dans le cadre d'un accord politique

Le premier ministre congolais Matata Ponyo a remis lundi 14 novembre au président Kabila sa démission et de son gouvernement.

« C'est pour répondre à l'esprit et à la lettre de l'accord global », a-t-il déclaré à la sortie de son entretien avec Joseph Kabila, faisant allusion à l'accord politique signé à l'issue du dialogue.

Cet accord prévoit notamment la nomination d'un Premier ministre issu de l'opposition et la mise en place d'un gouvernement d'union nationale.

Ancien ministre des Finances, Matata Ponyo a été nommé premier ministre en avril 2012.
 

Tchad: la première femme maire de N’Djaména installée dans ses fonctions

La nouvelle maire de N'Djaména, Djimet Ibet Mariam, a été installée dans ses fonctions au cours d'une cérémonie présidée lundi par le gouverneur de la capitale tchadienne, Dago Yacouba, qui avait à ses côtés les membres du conseil communal et plusieurs autres personnalités.

« Permettez-moi de prendre ici l'engagement, en tant que Chef de l'Exécutif Municipal, d'aider, avec bien entendu la contribution de chacune et chacun de vous, à la réussite des légitimes ambitions du Chef de l'Etat de rendre belle notre ville », a notamment dit l'édile avant de prendre possession de ses nouvelles charges.

Elle a insisté sur le fait qu'elle avait pleinement conscience de la grandeur de défis qui l'attend.

En installant la nouvelle maire dans ses fonctions, le gouverneur de N'Djaména a invité le conseil communal à faire preuve d'esprit de solidarité.

L'actuel conseil communal de la ville de N'Djaména a été élu lors des élections locales organisées en 2012.

Première femme élue maire de la capitale, Djimet Ibet Mariam, est également la quatrième femme issue des premières élections locales au Tchad.

Migrants : Amnesty dénonce des cas de torture par des policiers italiens

Des policiers italiens ont eu recours à des pratiques « assimilables à de la torture » pour obtenir les empreintes digitales de migrants, affirme jeudi 3 novembre Amnesty International dans un rapport. L'organisation de défense des droits de l'homme rend l'Union européenne en partie responsable de cette situation :
 
« Les pressions de l'Union européenne sur l'Italie, pour qu'elle se montre " dure" envers les migrants et les réfugiés, ont conduit à des expulsions illégales et à de mauvais traitements qui, dans certains cas, sont assimilables à de la torture. »
 
La politique des « hotspots », centres d'enregistrement décidés par l'UE pour faciliter l'identification des migrants à leur arrivée sur le sol européen, a poussé l'Italie à agir au-delà de la légalité et conduit à des « abus choquants » de la part de certains policiers, explique Matteo de Bellis, coordinateur de ce rapport.
 
Nombre de migrants refusent d'être identifiés à leur arrivée sur le sol italien afin de pouvoir s'installer ou déposer une demande d'asile dans le pays européen de leur choix.
 
Sur les vingt-quatre témoignages de mauvais traitements recueillis par Amnesty sur un total de 170 entretiens, quinze font état de coups donnés, y compris avec des matraques électriques, comme l'a raconté un Soudanais de 16 ans :

Centrafrique: 7 gendarmes tués par des hommes armés non encore identifiés dans une embuscade

7 gendarmes ont été tués vendredi par des hommes armés non encore identifiés dans une embuscade près de Grimari à 300 km de Bangui dans la Ouaka au centre-est du pays, fief de l'ex Séléka.

Selon des sources locales, les gendarmes partaient de Bambari pour une intervention dans un village attaqué jeudi, proche de Grimari par des hommes armés présumés ex Séléka. C'est ainsi qu'ils ont été pris à partie. Les habitants de Bambari accusent  la MINUSCA d'être de connivence avec ces hommes armé . Ils ont manifesté dans l'après-midi pour protester contre la MINUSCA.

Jusqu'à présent, il n'y a aucune trace des corps des gendarmes.

L'assassinat de ces gendarmes a lieu au moment où la question sécuritaire en Centrafrique était au cœur d'une rencontre entre le président Faustin Archange Touadera et les Forces Vives de la Nation, vendredi à Bangui.

Congo : arrivée de Paul Kagamé pour une visite de travail de 48h

Le président rwandais, Paul Kagamé, attendu à Brazzaville pour une visite de travail de 48h, est arrivé ce jeudi aux environs de 9h10 GMT à l'aéroport de Maya-Maya où il a été accueilli par son hôte, Denis Sassou N'Guesso, a constaté APA sur place.

Après avoir salué le corps constitués présents à l'aéroport, Kagamé a eu avec son homologue un bref entretien au salon VIP de l'aéroport de Maya-Maya. Puis le cortège des deux présidents s'est rendu à la villa des hôtes où Paul Kagamé a été installé pour la durée de son séjour.

Selon le protocole national congolais, il est prévu ce jeudi un déjeuner en l'honneur du président Paul Kagamé et de sa délégation dans laquelle figure notamment le ministre rwandais des Affaire étrangères, Louise Mushiyabo.

Les présidents Paul Kagamé et Denis Sassou N'Guesso auront vers 17h GMT un tête à tête qui devrait déboucher sur la publication d'un communiqué sanctionnant officiellement la fin de cette visite, prévue vendredi matin.