RDC : au moins deux morts dans l'attaque de trois sièges de l'opposition

La situation est toujours tendue en RDC où, après les violents heurts de lundi matin ponctués officiellement de 17 morts, les sièges de trois partis de l'opposition ont été attaqués et incendiés nuitamment par des hommes armés, faisant selon un premier bilan au moins deux morts.

Le siège de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) d'Etienne Tshisekedi, un des principaux opposants au pouvoir, a le plus souffert de ces saccages, selon divers témoins qui signalent que le feu était visible mardi matin à l'intérieur du bâtiment.

En dépit d'un cordon de policiers filtrant les entrées, certains témoins attestent avoir vu deux corps carbonisés et plusieurs blessés dont un homme grièvement blessé à la tête couché à terre.

Des bidons d'essence et sont aussi visibles aux alentours du bâtiment, dans un décor de chaos que l'on retrouve aux sièges de deux autres partis d'opposition, les Forces novatrices pour l'union et la solidarité (FONUS) et le Mouvement lumumbiste progressiste (MLP).


Egypte: la justice gèle les avoirs de plusieurs défenseurs des droits de l'Homme

La justice égyptienne a ordonné samedi un gel des avoirs de cinq célèbres défenseurs des droits de l'Homme ainsi que de trois ONG, relançant les craintes concernant une nouvelle répression de la société civile en Egypte.

Cette mesure intervient dans le cadre d'une vaste enquête sur les financements étrangers de la société civile, ouverte en 2011 après la révolte qui a chassé Hosni Moubarak du pouvoir. A l'époque, l'affaire avait provoqué une crise diplomatique entre Washington et le Caire.

Un tribunal du Caire a accepté samedi la demande présentée par un juge d'instruction pour le gel des avoirs de plusieurs défenseurs des droits de l'Homme, a indiqué à l'AFP un responsable de la cour.

Hossam Bahgat, journaliste et fondateur de l'Initiative égyptienne pour les droits personnels (EIPR), et Gamal Eid, célèbre avocat qui dirige le Réseau arabe pour l'information sur les droits humains, sont concernés, a précisé le responsable à l'AFP.

Gabon : Jean Ping et Ali Bongo déposent un recours devant la Cour constitutionnelle

Le camp de Jean Ping a déposé jeudi 8 septembre un recours concernant la région du Haut-Ogooué, a-t-on appris auprès de Jean-Gaspard Ntoutoume, directeur de campagne de Jean Ping. Dans la province natale du chef de l'État sortant, le taux de participation a officiellement atteint 99,98% lors du scrutin présidentiel.
 
L'opposition n'a cessé, depuis le vote, de réclamer un recompte des voix, bureau de vote par bureau de vote, dans cette région. Jean Ping avait auparavant hésité à déposer un recours, estimant que la Cour constitutionnelle ne pouvait être impartiale.
 
Du côté d'Ali Bongo Ondimba, Alain-Claude Bilie By Nze, porte-parole de ce dernier, avait dénoncé « une fraude massive » dans la province du Woleu-Ntem, qui a la réputation d'être un fief de l'opposition.

JO 2016 - un second boxeur africain arrêté pour viol

Quelques jours après l'arrestation du boxeur marocain Hassan Saada pour agression sexuelle présumée sur deux femmes de ménage du village olympique, un second athlète a été placé en détention lundi. Jonas Junius est accusé de viol sur une serveuse du village des athlètes.

Porte-drapeau de la Namibie, le boxeur de 22 ans est détenu à la prison de Bangu après avoir été dénoncé par sa victime.

RDC: l’opposant Tshisekedi exige la présidentielle

L'opposant historique en République démocratique du Congo Étienne Tshisekedi a exigé dimanche, devant des dizaines de milliers de partisans, la tenue de l'élection présidentielle d'ici la fin de l'année et le départ du président Joseph Kabila le 20 décembre.
 
L'opposition congolaise craint que le président Joseph Kabila, au pouvoir depuis 2001 et à qui la Constitution interdit de briguer un nouveau mandat, ne reporte le scrutin présidentiel prévu en fin d'année pour s'accrocher au pouvoir. Pour elle, le retour d'Etienne Tshisekedi est une véritable aubaine, car il pourrait renouer le dialogue avec la présidence.
 
« Le 19 septembre 2016 est la première ligne rouge à ne pas franchir. Le corps électoral doit être convoqué (à cette date, ndlr) pour l'élection présidentielle. Au cas contraire, la haute trahison sera attestée dans le chef de M. Kabila qui endosse la responsabilité du malheur des Congolais », a déclaré M. Tshisekedi, de retour au pays après deux ans d'absence.

Sommet extraordinaire des chefs d’Etat de la CEMAC le 30 juillet prochain à Malabo

Sur convocation du président en exercice, le président de la République de la Guinée Equatoriale, Obiang Nguema Mbasogo, une session extraordinaire de la Conférence des chefs d'Etat de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC) se tiendra le 30 juillet 2016 à Malabo, a-t-on appris de source officielle.

Le communiqué signé par le directeur de la communication de la Commission de la CEMAC, précise que plusieurs points sont inscrits à l'ordre du jour de cette session.

Il s'agit notamment l'accompagnement du relèvement politique et économique de la République Centrafricaine et l'état des négociations de l'Accord de partenariat économique (APE) entre la configuration Afrique Centrale et l'Union européenne.

Egalement au menu des échanges des dirigeants de la CEMAC, la conjoncture économique et financière à laquelle font face les Etats de la sous-région.