Gabon : Ali Bongo Ondimba propose une rencontre à Jean Ping

Le président gabonais Ali Bongo Ondimba s'est redit "prêt à rencontrer" son rival, qui s'est proclamé élu au scrutin présidentiel du 27 août, selon son porte-parole. Selon l'équipe de Jean Ping, une réponse à cette communication du président est prévue ce mercredi.
 
Ali Bongo « est prêt à rencontrer tous les candidats de la dernière élection présidentielle, y compris Jean Ping, afin que plus aucun Gabonais ne trouve la mort sous prétexte d'une revendication démocratique dont les mécanismes de résolution sont prévus par la loi et connus de tous », a assuré mardi soir à la télévision nationale le porte-parole du gouvernement, Alain-Claude Bilie-By-Nzé, en référence au contentieux électoral en cours d'examen par la Cour constitutionnelle.

Deux communes du nord Bénin sous les eaux

Des sans-logis, des ouvrages d'assainissement et du bétail ne résistent pas à la furie de l'eau. Des hectares de champs inondés... Les populations se battent désespérément contre la rage du fleuve Niger.
 
Elles ne savent plus à quel saint se vouer. Banikoara et Kouandé, deux localités situées au nord du Bénin sont sous les eaux. Cette catastrophe est le résultat du débordement des eaux du bassin du Niger qui ont fait céder des digues défectueuses depuis quelques années.
 
Pourtant, depuis début septembre, les signaux du système d'alerte précoce sont passés au rouge. Car, les cumuls de la pluviométrie sont devenus exceptionnels. Le gouvernement béninois est resté presque passif. Le ministre de l'Intérieur avait seulement appelé en son temps les populations à la vigilance.
 
Aucune mesure pratique de prévention n'avait été prise. L'eau n'a donc pas attendu. Elle a surpris les populations qui appellent désormais le gouvernement au secours. Mais en attendant la réaction du gouvernement, les autorités locales mettent des plans de contingence en place afin de limiter les dégâts.

RDC : au moins deux morts dans l'attaque de trois sièges de l'opposition

La situation est toujours tendue en RDC où, après les violents heurts de lundi matin ponctués officiellement de 17 morts, les sièges de trois partis de l'opposition ont été attaqués et incendiés nuitamment par des hommes armés, faisant selon un premier bilan au moins deux morts.

Le siège de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) d'Etienne Tshisekedi, un des principaux opposants au pouvoir, a le plus souffert de ces saccages, selon divers témoins qui signalent que le feu était visible mardi matin à l'intérieur du bâtiment.

En dépit d'un cordon de policiers filtrant les entrées, certains témoins attestent avoir vu deux corps carbonisés et plusieurs blessés dont un homme grièvement blessé à la tête couché à terre.

Des bidons d'essence et sont aussi visibles aux alentours du bâtiment, dans un décor de chaos que l'on retrouve aux sièges de deux autres partis d'opposition, les Forces novatrices pour l'union et la solidarité (FONUS) et le Mouvement lumumbiste progressiste (MLP).


Egypte: la justice gèle les avoirs de plusieurs défenseurs des droits de l'Homme

La justice égyptienne a ordonné samedi un gel des avoirs de cinq célèbres défenseurs des droits de l'Homme ainsi que de trois ONG, relançant les craintes concernant une nouvelle répression de la société civile en Egypte.

Cette mesure intervient dans le cadre d'une vaste enquête sur les financements étrangers de la société civile, ouverte en 2011 après la révolte qui a chassé Hosni Moubarak du pouvoir. A l'époque, l'affaire avait provoqué une crise diplomatique entre Washington et le Caire.

Un tribunal du Caire a accepté samedi la demande présentée par un juge d'instruction pour le gel des avoirs de plusieurs défenseurs des droits de l'Homme, a indiqué à l'AFP un responsable de la cour.

Hossam Bahgat, journaliste et fondateur de l'Initiative égyptienne pour les droits personnels (EIPR), et Gamal Eid, célèbre avocat qui dirige le Réseau arabe pour l'information sur les droits humains, sont concernés, a précisé le responsable à l'AFP.

Gabon : Jean Ping et Ali Bongo déposent un recours devant la Cour constitutionnelle

Le camp de Jean Ping a déposé jeudi 8 septembre un recours concernant la région du Haut-Ogooué, a-t-on appris auprès de Jean-Gaspard Ntoutoume, directeur de campagne de Jean Ping. Dans la province natale du chef de l'État sortant, le taux de participation a officiellement atteint 99,98% lors du scrutin présidentiel.
 
L'opposition n'a cessé, depuis le vote, de réclamer un recompte des voix, bureau de vote par bureau de vote, dans cette région. Jean Ping avait auparavant hésité à déposer un recours, estimant que la Cour constitutionnelle ne pouvait être impartiale.
 
Du côté d'Ali Bongo Ondimba, Alain-Claude Bilie By Nze, porte-parole de ce dernier, avait dénoncé « une fraude massive » dans la province du Woleu-Ntem, qui a la réputation d'être un fief de l'opposition.

JO 2016 - un second boxeur africain arrêté pour viol

Quelques jours après l'arrestation du boxeur marocain Hassan Saada pour agression sexuelle présumée sur deux femmes de ménage du village olympique, un second athlète a été placé en détention lundi. Jonas Junius est accusé de viol sur une serveuse du village des athlètes.

Porte-drapeau de la Namibie, le boxeur de 22 ans est détenu à la prison de Bangu après avoir été dénoncé par sa victime.