Togo : SIALO 2015, le rideau s'est refermé.

Le Salon International de l'Agroalimentaire (Sialo) de Lomé a fermé ses portes ce 23 août 2015, soit cinq jours après l'ouverture.

La 4e édition du Salon International de l'Agroalimentaire de Lomé (SIALO),ouverte à Lomé le 19 août 2015, a fermé ses portes ce dimanche 23 Août. Le centre togolais des expositions et foire de Lomé (Cetef) qui a servi de cadre à l'évènement, a connu cinq jours d'ambiance particulière, à la satisfaction totale des exposants.
 
Togo Siao Fotor 45d21

Dédié aux acteurs et professionnels de l'agriculture, de l'agroalimentaire, de l'agro-industrie, de l'agro-technologie, du machinisme et de l'emballage, le salon a réuni des exposants du Togo, du Niger, du Burkina Faso et de la France.

Dans le Pavillon Oti du Cetef, qui a abrité le salon, plusieurs produits issus de l'agriculture ont été exposés, parmi lesquels, le tapioca, l'huile de coco, le sirop à base d'ananas, le foufou, le fonio, les piqures de maïs, la moutarde, etc.

Si pour certains exposants, le salon n'a pas suscité de l'engouement, d'autres pensent que ce fut un moment de rencontre important. "Notre ambition en prenant part au Salon, c'est de penser à créer un réseau d'échange dans la sous-région ", a confié Mme Ouédraogo Elisabeth, présidente de la délégation du Collectif des Associations des Restauratrices et Transformatrices des Produits Locaux du Burkina-Faso.

Pour Daniel Attikpo, promoteur du salon, les objectifs sont claires : encourager les rencontres professionnelles, valoriser le savoir-faire africain dans le domaine de l'agriculture et de l'agroalimentaire, assurer la promotion à l'échelle africaine et internationale des valeurs agroalimentaires des pays participants, promouvoir la coopération Sud- Sud pour un développement du secteur de l'Agroalimentaire.

Cette année, le Sialo a eu pour thème: "Emballage et Transports des produits agricoles". Un choix de thème qui rime avec la recherche de solutions sur les difficultés rencontrées par les exposants en matière d'emballage.

"En tant que productrice des produits agroalimentaires, c'est très important que nos produits soient présentables. C'est ce qui fait la différence entre les produits africains et européens sur le marché. Les pays développés ont une expertise et une qualité requise en emballage. Cela doit être une lutte perpétuelle si nous voulons commercialiser pour aller au-delà de nos frontières", explique Mme Zouré, une des exposantes venues du Burkina Faso.

"Nous avons jugé utile de mobiliser les professionnels, des spécialistes de l'emballage, afin qu'ils puissent communiquer sur la thématique et proposer des solutions adéquates au problème d'emballage, car l'emballage ou le conditionnement d'un produit a un réel impact sur le comportement du client ou de l'acheteur", a déclaré, en substance, le promoteur de l'événement.