Burkina Faso : une centrale thermique financée par la Banque mondiale

La Banque mondiale entend accompagner les nouvelles autorités pour la réalisation d’importantes infrastructures.

En visite cette semaine au Burkina Faso, le vice-président de la Banque mondiale pour l'Afrique, Makthar Diop a annoncé des mesures visant à « appuyer et accompagner le gouvernement burkinabè dans ses efforts de redressement de l'économie » dans le contexte post-transitionnel.
 
Burkina Centrale Fotor a5c52
Premier engagement, la Banque mondiale compte apporter au Burkina une aide allant de 80 à 100 millions de dollars pour la construction d'une centrale thermique de 50 mégawatts. « L'énergie est une question essentielle pour la croissance économique d'un pays, pour la réduction de la pauvreté et le bien-être », a justifié M. Diop, qui n'a pas évoqué la date de mise en route du projet. Cette centrale permettra au pays de réduire son déficit énergétique évalué à 140 mégawatts, et caractérisé par de fréquents délestages aux conséquences économiques certaines.

Au Burkina, 27% des populations seulement (le pays compte18 millions d'habitants) ont accès à l'électricité. La Banque mondiale entend également soutenir le « pays des hommes intègres » dans l'accès à l'énergie solaire, une autre alternative pour combler le déficit.

Les domaines de l'agriculture, de l'élevage et de l'éducation ne sont pas en reste dans l'appui de la Banque mondiale, en témoigne une prévision de construction d'infrastructures. « Il s'agira de mettre l'accent sur la science, la technologie, l'ingénierie et les mathématiques, qui sont des fondations sur lesquelles toute économie, qui souhaiterait se transformer s'appuiera », a indiqué le vice-président de la Banque mondiale pour l'Afrique, au sujet de l'éducation. Makhtar Diop n'écarte pas la possibilité d'un appui budgétaire supplémentaire au Burkina, à l'issue de l'évaluation d'un besoin de financement par le Fonds monétaire international (FMI). Déjà en 2015, le gouvernement de transition avait bénéficié d'un appui budgétaire de 75 millions de dollars de la part de l'institution internationale.