Burundi : Le prix du courant électrique en hausse

Un contrat de fourniture d'électricité sur 10 ans entre Bujumbura et un homme d'affaire burundo-tanzanien a été signé. La centrale thermique fournira 30 mégawatts. Des réactions fusent.

La nouvelle grille de tarification du courant électrique a été rendue publique il y a quelques jours par le Directeur général de la Régie nationale de distribution de l'eau et de l'électricité. Jéroboam Nzikobanyanka précise que la signature de ce contrat avec le patron de la société Inter pétrole permettra aux Burundais de la capitale comme ceux de l'intérieur d'avoir 18h de fourniture d'énergie par jour.
 
Electricité bur 02d25
Un contrat sur 10 ans
Selon le Directeur général de la Regideso, le contrat est signé, pour pallier au délestage, (façon de fournir l'électricité à tour de rôle) que subissent les différents quartiers de la capitale ainsi que certaines villes de l'intérieur du pays depuis février de cette année. Ce rationnement de l'énergie électrique est dû à la diminution de la quantité d'eau dans le principal barrage hydro électrique de Rwegura en province Kayanza, un barrage construit en 1980. Ce régime dans l'approvisionnement en électricité paralyse les activités surtout dans les quartiers populaires, tout en favorisant le banditisme durant la nuit.
 
Le marché conclu entre Bujumbura et M.Taruku inquiète l'Observatoire burundais contre la corruption et les malversations économiques OLUCOME. Gabriel Rufyiri met en doute les différentes promesses du pouvoir sur la construction d'au moins deux barrages hydroélectriques fin 2018 notamment le barrage de Jiji Murembwe (49 mégawatts) et Kaburantwa (20 mégawatts). D'autres barrages sont partagés soit entre le Burundi, le Rwanda et la Tanzanie. De ces barrages, le Burundi bénéficiera respectivement 27 mégawatts et 49 mégawatts, avait annoncé Côme Manirakiza, ministre burundais de l'intérieur le 29 décembre 2015 à la chambre basse du parlement burundais. Promesses non tenues, regrette Rufyiri. Aujourd' hui, le ministre Manirakiza explique l'échec par le désengagement des partenaires européens avec la crise de 2015.
 
Que dit l'ABUCO sur ces prix ?
Selon Noel Nkurunziza, président de l'Association burundaise des consommateurs, cette hausse du prix du courant électrique ne vient qu'aggraver la situation de pauvreté des ménages. Par exemple, dit –il un ménage qui achetait par mois 150 kilowattheures à 17 000 fbu (8 Euros) s'achètent désormais à 31 500 fbu (15 Euros). Mais, que deviennent les consommateurs avec cette crise que connait le pays, c'interroge le président de l'ABUCO ?