Les fonctionnaires ivoiriens reprennent le travail après trois semaines de grève

Les fonctionnaires ivoiriens marque une pause dans la grève entamée trois semaines plus tôt. Une stratégie pour donner une chance aux négociation.

Ils avaient promis une trêve pour donner une seconde chance aux négociations. C'est chose faite. Le travail a repris lundi 30 janvier sur l'ensemble du territoire national après trois semaines de débrayage qui a paralysé la fonction publique ivoirienne.

rci abidjan reuters - copie 986a3Plateau - Abidjan

Les fonctionnaires avaient décidé, vendredi 27 janvier en assemblée générale, de la suspension de la grève pour permettre la poursuite des discussions.

Tous les personnels des services de l'enseignement et l'administration publique ont alors répondu présents. Les établissements hospitaliers, les écoles et autres services publics affichent complet.

« Je ne sais pas si je dois dire que je suis heureux de cette reprise dans les hôpitaux parce que je viens d'y conduire un malade. J'avais quelques appréhensions en venant. Je me demandais si la reprise serait vraiment effective parce que je n'ai pas d'argent pour aller en clinique au cas où le service ne nous recevait pas. Voilà que c'est fait. Mon malade a été pris en charge, », explique, soulagé, Léon Aka, parent d'un malade interrogé par un journaliste d'afriqueactualite.com devant le CHU de Yopougon.

Réflexions

A Abobo Baoulé, commune d'Abobo, ce sont plutôt les écoliers du groupe ''scolaire Aké Loba'' qui se réjouissent d'avoir retrouvé le chemins de l'école. « Je viens de retrouver mes camarades. Nous allons étudier », se réjouit Loïse Digbeu, élève de CM1.

Le bras de fer engagé depuis le 9 janvier entre le gouvernement et les syndicats a été plusieurs fois reconduit après un langage de sourds ne permettant pas de parvenir à un compromis entre les deux parties.

Réclamant le retrait de l'ordonnance portant réforme de la retraite, le paiement du stock des arriérés, la revalorisation salariale indemnitaire et des accessoires de salaires dont le paiement des 150 points d'indice, mais également le respect de la liberté syndicale et le retrait de l'impôt sur les traitements et salaires (ITS) et la contribution nationale (CN), les fonctionnaires et agents de l'Etat avaient enclenché une grève de cinq jours reconductible depuis le 9 janvier dernier.

Les syndicats ayant obtenu satisfaction à quatre des six principales revendications, ont alors décidé de suspendre la grève pour un mois, le temps nécessaire, selon eux, pour permettre au comité mis en place de rendre les conclusions de ses réflexions.