Algérie : l'Internet au plus bas niveau !

Faible taux de pénétration de l'internet en Algérie, malgré les efforts
déployés pour rattraper le retard. Une prise de conscience s’impose
pour réduire la fracture numérique.

L'Algérie se classe à la 153e position du classement mondial des pays selon leur taux d'accès à Internet. Son taux de pénétration s'établit à 19,7 %. Il représente l'un des plus faibles taux dans la région, selon les derniers chiffres publiés par Internet Live Stats. Un classement mondial qui regroupe 201 pays.
 
Algerie INTERNET Fotor 4c747

D'après ces chiffres, l'Algérie n'arrive pas à suivre le pas de ses voisins en matière de nouvelles technologies. Elle est en bas de liste à l'échelle maghrébine. Elle arrive à la dernière place à l'échelle africaine, loin derrière le Maroc (57 %), la Tunisie et même l'Egypte, qui sont tous dans le top 10 africain. La Tunisie se classe en effet à la 101e place avec un taux de pénétration de 48,1 %, tandis que le Maroc se place à la 86 e avec un taux de pénétration de 57,6 %.

Les pays en guerre tels que la Syrie ou le Yémen font mieux que l'Algérie avec une 133e position et un taux de pénétration de 29,6 % pour la Syrie et une 141e place et un taux de pénétration de 24,7 % pour le Yémen.
La Libye est également mieux classée que son voisin, avec un taux de pénétration de 21.1 % qui lui permet d'être à la 147 e position mondiale.
 
Pourquoi l'Algérie accuse-t-elle un tel retard ?

Il faut dire qu'en dépit du discours officiel, l'Algérie arrive difficilement à progresser dans ce domaine. La mise à niveau des infrastructures demande de lourds investissements, puisqu'ils sont souvent en devises. 
Par ailleurs, l'apprentissage et le développement de l'utilisation des systèmes informatiques dans les écoles accusent un retard considérable. L'école algérienne subit le plus grand déficit en matière du développement de la connaissance dans le domaine informatique et des technologies de l'information et de la communication (TIC) de manière générale. De nombreux élèves se plaignent de l'absence ou du manque d'apprentissage en informatique dans leurs établissements scolaires.
 
Coté prix, l'internet algérien est parmi les plus chers du monde, aux environs de 20 dollars par mois pour une connexion de 2 Mo, là où la moyenne mondiale est équivalente mais pour 8 Mo de débit. Un retard qui aura des répercussions négatives sur le développement de l'économie numérique dans ce pays.