Mauritanie: 1000 fonctionnaires bientôt au chômage

Trois entreprises publiques vont licencier un millier de personnes. Le gouvernement parle d'une restructuration nécessaire pour assurer leur pérennité.

Un millier de personnes exerçant dans la fonction publique mauritanienne va être remercié prochainement. Au départ, l'opération concernait 3.000 postes.

maur licenciement fonctionnaires fb437

Mais selon diverses sources, cette réduction des effectifs a été ramenée à un millier de personnes. Une situation qui se justifie par la conjoncture difficile que traverse le pays, suite à la baisse des recettes provenant des secteurs miniers dans le sillage de la baisse des cours des métaux sur le marché international.

Sonimex, Procapec et la Société des transports publics

L'opération concerne donc trois entreprises publiques durement touchées par la crise : la Sonimex, les Procapec et la société des transports publics. La Sonimex est une société nationale d'import/export, créée au début des années 1970. Elle avait le monopole de l'importation des denrées essentielles de base. L'entreprise connaitra le plus grand départ de travailleurs, après le recul de ses activités.

Pour ce qui est de la Société des transports publics, sa situation financière est relativement meilleure, en raison des financements mensuels obtenus du gouvernement, qui sont de l'ordre de 1% des ventes du carburant. Elle pourrait adopter l'option du départ volontaire et des contrats à durée limitée.

Quant à l'Agence de promotion des caisses populaires d'épargne et de crédit, la Procapec, cette dernière a été minée par le laisser-aller durant plusieurs années. Déjà l'agence croule sous le poids des employés fictifs et de l'insolvabilité.

Selon le gouvernement mauritanien, des restructurations sont nécessaires afin d'assurer la pérennité des entreprises. D'ailleurs les rapports d'audits relèvent de nombreux manquements : « charges exorbitantes, laxisme dans la gestion des biens sociaux, personnel pléthorique, salaires de complaisance, impossibilité de recouvrement des créances, etc. »

Un sentiment de panique a gagné le personnel des trois entreprises publiques. Plusieurs salariés ont peur de figurer sur la liste des futurs licenciés. Ils se demandent s'ils auront droit au paiement d'une indemnité suite aux licenciements.