Le procureur de New York ouvre une enquête sur le piratage d'Uber

Le procureur de l'Etat de New York, Eric Schneiderman, a ouvert une enquête après le piratage des données de 57 millions d'utilisateurs d'Uber à travers le monde dont celles de 600.000 chauffeurs. La société de location de voitures avec chauffeur (VTC) a révélé ce piratage survenu en octobre 2016 et qu'elle a tenu secret pendant plus d'un an.
 
Les noms des utilisateurs ainsi que leurs adresses électroniques et numéros de téléphone mobile ont été subtilisés, a indiqué le nouveau PDG du groupe Dara Khosrowshahi. Les noms et numéros de permis de conduire de chauffeurs Uber ont aussi été piratés. Sur la base d'expertises externes, le PDG a toutefois affirmé que l'historique des trajets, les numéros de cartes et de comptes bancaires, les numéros de sécurité sociale et les dates de naissance des utilisateurs n'auraient en revanche pas été dérobés.
 
Les services de M. Schneiderman n'ont pas donné mercredi de détails sur la cible exacte de son enquête mais Uber avait conclu avec ce procureur un accord en janvier 2016 sur la protection des données de ses clients. Il faisait suite à une autre enquête ouverte en 2014 et portant sur un autre piratage ayant visé Uber qui avait payé une amende de 20.000 dollars pour ne pas l'avoir non plus révélé en temps voulu. Ce piratage ne portait que sur des données relatives aux chauffeurs.
 
Un cabinet d'avocats américain, Keller Rohrback, a également annoncé ouvrir sa propre enquête sur le dernier piratage et lancé un appel aux utilisateurs du service de VTC pour qu'ils se fassent connaitre. Ce cabinet est spécialisé dans les actions en nom collectif consécutives à des piratages informatiques. Selon des sources proches du dossier, Uber aurait aussi versé 100.000 dollars aux hackers afin qu'ils ne divulguent pas l'existence de cet incident et détruisent les informations collectées.

Le pape visitera les pays baltes en 2018

Le pape François fera sa première visite dans les pays baltes - la Lituanie, la Lettonie et l'Estonie - l'année prochaine, qui est celle du 100e anniversaire de leur indépendance, ont annoncé mercredi leurs présidents. "En principe, nous avons la décision, nous l'avons entendue, ce sera annoncé officiellement en décembre", a dit la présidente lituanienne Dalia Grybauskaité aux journalistes à Vilnius.n"L'occasion est magnifique, car les pays baltes célébreront leur centenaire", a-t-elle ajouté, précisant que la visite est attendue à l'automne. L'annonce a été confirmée par les porte-parole de ses homologues letton Raimonds Vejonis et estonienne Kersti Kaljulaid, cités par l'agence balte BNS.
 
La Lituanie, pays catholique, marquera en février le centième anniversaire de son indépendance, retrouvée en 1918 après plus d'un siècle sous la domination russe. La Lettonie, dont la population est majoritairement luthérienne, et l'Estonie, très laïcisée, avaient également proclamé leur indépendance plus tard cette année-là. Les trois pays sont restés indépendants jusqu'à la 2e guerre mondiale et leur annexion par l'Union soviétique. Ils ne s'en sont affranchis qu'en 1990-91 et ont rejoint en 2004 l'Union européenne et l'Otan. Le pape Jean Paul II, originaire de la Pologne voisine, a visité les trois pays en 1993.

Brexit : l’Autorité Bancaire Européenne quitte Londres pour Paris

Paris a été choisie pour accueillir l'Autorité Bancaire Européenne (EBA), qui va devoir quitter Londres en raison du Brexit, à l'issue d'un vote organisé à Bruxelles.
 
Bruxelles, Dublin, Francfort, Luxembourg, Prague, Paris, Varsovie et Vienne étaient intéressées. Paris (34 points), Francfort (32 points) et Dublin (28 points) sont arrivées en tête au premier tour de scrutin, où un plus grand nombre de points pouvait être distribués. Francfort a été éliminée au second tour avec seulement 4 voix, contre 10 pour Paris et 13 pour Dublin.
 
Selon une source diplomatique, la capitale française a été tirée au sort face à Dublin, les deux villes ayant enregistré le même nombre de voix au troisième tour de vote, auquel participaient des ministres des 27 pays qui resteront dans l'Union.

Russie : mise en garde des Etats-Unis contre leur livraison d'armes à l'Ukraine

La situation dans l'est de l'Ukraine empirera rapidement si les Etats-Unis livrent des armes offensives aux troupes du gouvernement ukrainien, a déclaré dimanche un important législateur russe. Si Washington choisit de le faire, ce sera un geste très "irresponsable", a affirmé Vladimir Shamanov,chef de la Commission de la défense à la Douma russe, cité par l'agence de presse Sputnik.
 
Le Conseil de sécurité nationale des Etats-Unis aurait approuvé des ventes d'armes à Kiev plus tôt cette semaine sur fond de conflits prolongés entre le gouvernement et les insurgés dans la région de Donbass, dans l'est de l'Ukraine. Le chef de la diplomatie ukrainienne Pavlo Klimkin a confirmé que son pays devrait recevoir davantage d'armes des Etats-Unis, bien que le calendrier ne soit pas encore établi.
 
La possible livraison d'armes pourrait fortement déstabiliser la situation dans la région de Donbass, qui, dans une certaine mesure, se trouve sous contrôle grâce aux efforts déployés par les organisations internationales et la population locale, a souligné le législateur russe.

Un minibus transportant le personnel de sécurité du président turc se renverse

Quatre personnes ont été blessées dimanche lorsqu'un minibus transportant le personnel de sécurité du président turc Recep Tayyip Erdogan a eu un accident dans la province de Giresun, dans l'est de la Turquie. Le minibus s'est renversé après être entré en collision avec une voiture sur une route côtière du district de Gorele, dans la province de Giresun, a rapporté le quotidien turc Sabah. Les blessés ont été emmenés vers un hôpital des environs.
 
Au cours du week-end, le président turc se trouvait dans la région turque de la mer Noire, où il effectuait une visite dans trois provinces. Aucun communiqué officiel n'a encore été publié sur l'état des blessés.

Espagne : au moins 3 morts dans le naufrage d'un canot de migrants

Au moins trois migrants sont morts dans le naufrage d'un canot à proximité de Ceuta, enclave espagnole en Afrique du Nord, ont confirmé dimanche des responsables de la Croix-Rouge. L'incident s'est produit dimanche aux environs de 4h00 heure locale, lorsque ce canot transportant au moins 24 personnes s'approchait de la plage. Au moins trois personnes se sont noyées en tentant de rejoindre la plage. Les autres migrants, dont deux femmes et cinq mineurs, ont été sauvés par les gardes civiles et les services de secours maritime. La Croix-Rouge a également lancé une opération spéciale pour porter secours aux rescapés.
 
La cause du naufrage demeure inconnue, alors qu'une opération de recherche est toujours en cours pour tenter de retrouver d'autres victimes éventuelles. Cette tragédie intervient 24 heures après le sauvetage de 494 migrants voyageant à bord de 47 canots. Partis d'Algérie, ces migrants sont arrivés à proximité de Carthagène, ville espagnole au bord de la mer Méditerranée. Leur arrivée a été qualifiée "d'attaque coordonnée contre la frontière espagnole" par le gouvernement régional de la communauté de Murcie. Par ailleurs, 150 personnes ont été secourues dans d'autres zones au large de la côte espagnole, avant d'être évacuées vers diverses villes portuaires, telles que Motril, Tarifa et Almeria.