Burundi: assassinat de deux officiers supérieurs

Deux officiers supérieurs ont été assassinés mardi. Deux assassinats ciblés qui illustrent des tensions au sein de l'armée depuis le début de la crise politique.

L'officier supérieur de l'armée burundaise, Darius Ikurakure, a été tué par balle par un homme dont l'identité n'est pas encore connue. La victime a reçu une balle au moment où il lisait le contenus des affichages devant un des bureaux de l'état-major général de l'armée burundaise.Le militaire, auteur du tir s'est évanoui dans la nature.
 
brd militaires da858Archives
La mort de Darius Ikurakure est un coup dur pour le régime de Bujumbura. Le ministère de la Défense nationale a réagi cinq heures plus tard. L'officier avait été particulièrement actif dans les exécutions extrajudiciaires de certains contestataires du mandat de Pierre Nkurunziza, aussi bien dans l'armée que parmi les civiles.
 
Depuis le 3 août 2015 , date à laquelle le général Adolphe Nshimirimana, ancien patron des renseignements burundais a été assassiné, il était le véritable responsable des exécutions sommaires qui se commettent en Mairie de Bujumbura particulièrement dans les communes de Musaga, Cibitoke et Ngagara. Il avait, par exemple, fait exécuter des militaires auteurs du putsch manqué du 13 mai 2015 qui avaient été transférés à l'hôpital Bumerec.
 
A ce jour, le flou plane sur l'assassinat de Darius Ikurakure. Personne n'est en mesure de préciser les motivations du crime. A -t-il été tué par ses proches ou par les opposants de Bujumbura ?
Sa mort a été suivie d'une vague d'arrestations dans le centre-ville de Bujumbura. De nombreuses personnes ont été arrêtées. On en ignore le nombre. Elles ont été arrêtées, à la fois, par les jeunes du parti au pouvoir, que par les militaires proches à Pierre Nkurunziza. Les activités ont été paralysées en plein centre ville de Bujumbura suite à cet assassinat tout l'après-midi.
 
Dans la soirée, Didier Muhimpundu, un officier de grade-major a été assassiné par des inconnus en plein centre ville dans le cabaret Hibuscus. Il avait été appelé par des amis, dans ce cabaret, avant d'être ensuite tué. Didier Muhimpundu était originaire des Forces Armées Burundaises avant la réunification de l'armée burundaise. Et Darius Ikurakure venait des Partis et Mouvements Politiques Armés.
 
Ces assassinats illustrent combien la fracture au sein de l'armée est grande, depuis le début de la crise au Burundi. .