Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download
samedi 21 juillet 2018

Abuja : un sommet sur la réhabilitation du Lac Tchad

L’annonce a été faite lors de l’ouverture à Niamey d’une réunion du Comité inter-États de lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS)

Un sommet sur le bassin du lac Tchad, victime du réchauffement climatique et repaire du groupe islamiste nigérian Boko Haram, se tiendra fin février 2018 au Nigeria, a annoncé le président nigérien Mahamadou Issoufou. Cette « conférence internationale sur la réhabilitation du Lac Tchad » se tiendra à Abuja, a déclaré M. Issoufou à l’ouverture à Niamey d’une réunion du Comité inter-États de lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS – 13 Etats). Cinq autres présidents, le Sénégalais Macky Sall, le Burkinabè Roch Marc Christian Kaboré, le Tchadien Idriss Déby, le mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz et le Malien Ibrahim Boubacar Keïta étaient présents pour cette réunion qui se tient à la suite du sommet du G5 Sahel.

La rencontre d’une journée est axée principalement sur les effets climatiques et surtout sur la situation alimentaire dans certains Etats, où des millions de personnes sont exposées cette année à des risques de disette dus aux faibles récoltes en 2017. « Le Sahel est le concentré de tous les maux liés au changement climatique », a affirmé le Sénégalais Macky Sall. « Le changement climatique n’est pas un leurre. « Comment comprendre que (le lac Tchad), un espace de 25.000 km2 (équivalent à la superficie du Rwanda), se soit réduit à une poche de 2.500 km2? », a lancé le président malien Ibrahim Boubacar Keïta. Ce dernier a cédé la présidence du CILSS à Roch Marc Christian Kaboré.

En 55 ans, le lac Tchad a effectivement perdu 90% de sa surface. Sa disparition complète sous l’effet du réchauffement climatique, une hypothèse prise très au sérieux par les riverains, pourrait priver des millions de personnes de l’eau nécessaire pour survivre grâce à la pêche, l’agriculture, l’élevage et le commerce, dans les quatre pays limitrophes : le Tchad, le Cameroun, le Niger et le Nigeria.

Le bassin du lac Tchad est par ailleurs devenu le principal refuge des combattants jihadistes de Boko Haram. Les pays qui l’entourent ont mis en place, en juillet 2015, une force multinationale mixte de 8.500 hommes. D’après l’ONU, le conflit de Boko Haram, qui a fait plus de 20.000 morts depuis 2009, a aussi engendré « la plus grande crise de déplacés en Afrique » avec plus de 2.4 millions de déplacés.