Les partenaires du Burundi interpellés

Le Burundi a fait le point avec ses partenaires sur la crise que vit le
pays. Le ministre des relations extérieures en appelle à l’appui
budgétaire.

Réunis à Bujumbura, mercredi 12 juillet au bord du Lac Tanganyika, le ministre burundais de la Coopération a d'abord remercié ses hôtes pour avoir soutenu le pays en période difficile. Alain A. Nyamitwe n'a pas omis de préciser que suite à la suspension des aides directes au gouvernement burundais, la balance des paiements a été déséquilibrée.
 
Burundi Alain ministre Fotor 6d5a6Alain Aimé Nyamitwe, Ministre burundais de la coopération.
 
Au patron des Affaires étrangères de manifester la gratitude du gouvernement et des populations bénéficiaires des appuis ininterrompus des partenaires présents à la rencontre. « Merci beaucoup d'être restés aux cotés de ce peuple qui ne demande mieux que le libre exercice de sa souveraineté et le respect de ses choix pour son avenir.»
L'organisation de la rencontre est motivée par le fait que depuis 2013, les partenaires du Burundi ont mis l'accent sur les appuis en matière politique et droits de l'homme et rarement on les a vus s'intéresser à la situation socio-économique. C'est pour cela, renchérit Alain Aimé Nyamitwe, que nous nous réunissons aujourd'hui pour établir les priorités en matière d'éducation, de santé, d'agriculture et d'élevage.
 
Des défis

Les principaux défis relevés ont principalement trait à la productivité, à la gestion post-récolte des produits, au changement climatique, à la recherche en agriculture et élevage, à l'intensification agricole et au repeuplement du cheptel.

Un soutien indéfectible

En poste depuis bientôt deux ans, le président de la commission de consolidation de la paix, Configuration Burundi à l'ONU, salue le soutien du représentant résident et les différentes agences onusiennes, les représentants de la Banque Mondiale et de la Banque Africaine de Développement BAD pour leur participation et leurs contributions.
L'ambassadeur Jürg Lauber rappelle que la Configuration Burundi n'est pas une agence opérationnelle et qu'elle ne dispose pas de moyens pour initier des projets. Toutefois, il a promis d'offrir des plateformes, de réunir des parties et les encourager à discuter et coopérer, tout en respectant les priorités du pays et surtout au bénéfice de la population burundaise.

Respect des principes

L'ambassadeur Jürg Lauber fait savoir que le concept de consolidation de la paix comprend plusieurs dimensions, notamment la réconciliation et le dialogue politique, la sécurité interne et les droits de l'homme, la démocratie et l'Etat de droit, le renforcement des institutions ainsi que le développement durable. La rencontre, tenue à Bujumbura, suit celle organisée en mars dernier sur la situation socio-économique dans le pays.