Angela Merkel à Niamey

Après Bamako, Angela Merkel s'est rendue à Niamey, deuxième étape de sa tournée africaine. Au menu des discussions avec son homologue nigérien : terrorisme et migration.

La chancelière allemande, Angela Merkel, a effectué lundi, une visite officielle de travail et d'amitié au Niger. Venue du Mali, sa première étape d'une tournée africaine de trois jours qui la conduira ensuite en Ethiopie, Angela Merkel a été accueillie à sa descente d'avion par le président de la République Issoufou Mahamadou, avec qui elle a eu un premier entretien à l'aéroport de Niamey. Un second tête à tête entre les deux autorités s'est par la suite déroulé au palais de la Présidence.

ngr issoufou et merkel 993b1Issoufou Mahamadou et Angela Merkel

Et c'est un sentiment de satisfaction pour le président nigérien. La présence de la chancelière allemande au Niger « est un grand témoignage de la forte solidarité que l'Allemagne nous envoie », dira-t-il. « Aucun pays ne peut vivre paisiblement dans la prospérité pendant que des milliers et des milliers de femmes, des milliers et des milliers d'hommes vivent dans la misère et la pauvreté dans d'autres pays et madame Merkel fait partie des dirigeants qui ont compris cela. »

Au cours de ce déplacement il a été surtout question de la lutte contre le terrorisme, la migration clandestine et le développement.

Un centre logistique militaire allemand au Niger

La question de l'implantation d'une base militaire allemande était le principal sujet abordé au cours de cette visite d'une demi-journée à Niamey. « L'Allemagne a décidé d'envoyer 650 hommes en appui à la MINUSMA. L'Allemagne a besoin du Niger pour l'aider à approvisionner ses 650 hommes qui sont au Mali. Les Allemands sont présents au Mali et non pas au Niger. Il y a un centre logistique à Niamey pour soutenir les 650 soldats allemands présents dans la MINUSMA au Mali », a dit le président nigérien Issoufou Mahamadou, qui souligne qu'il ne s'agit pas d'une base militaire comme il se raconte.

« On ne peut que remercier la chancelière allemande pour avoir pris cette décision extrêmement importante pour la sécurité régionale et en particulier sur la sécurité du Niger », ajoute-t-il. « Nous ne souhaitons pas remplacer les mesures traditionnelles en place, mais nous allons les renforcer à pouvoir être plus efficaces et plus fortes », a déclaré la chancelière allemande.

A noter que lors d'un point de presse animé en prélude à cette visite, l'ambassadeur allemand au Niger avait indiqué que la visite de la chancelière allemande « sera essentiellement consacrée à la construction prochaine au Niger, d'une base militaire destinée au transport aérien, en appui à la mission militaire onusienne pour la stabilisation du Mali (MINUSMA) engagée contre les groupes terroristes dans le nord Mali.»

Front commun contre la migration irrégulière

Le second objet de la visite de Merkel au Niger est la question de la migration clandestine vers l'Europe. Le Niger est malheureusement devenu un pays de transit de ce phénomène pour lequel l'Allemagne reste sensible. La chancelière allemande a déclaré à cet effet qu'il existe « un lien étroit entre la migration irrégulière et le trafic d'armes illicites dans les zones de conflit et nous allons aider le Niger à combattre ce phénomène en soutenant l'armée nigérienne par des équipements notamment les véhicules, du matériel et de l'expertise ». Pour le président Issoufou Mahamadou, la solution « c'est d'investir dans le développement économique et social des pays comme le Niger en vue de les aider à mettre en œuvre les principes issus de la rencontre de La Valette ».

Même avis pour le chef de la mission de l'OIM au Niger pour qui, il est difficile de stopper la migration au Niger. Le flux des migrants peut être mieux géré. « Depuis toujours, les migrants sont sur le territoire du Niger et ils vont continuer à le faire. Pour mieux gérer les flux, il faut travailler avec les communautés locales. Il faut regarder tous les gens qui sont au chômage, les familles qui n'ont pas d'autres choix que de se lancer dans le business de la migration irrégulière », a-t-il expliqué.

Après la conférence de presse animée aux termes des travaux qui ont réunis les deux délégations, la chancelière allemande a effectué une visite dans une école primaire de Niamey où la coopération allemande a construit un bloc de classes. Puis, elle s'est rendue dans un centre de transit des migrants.

A noter que le réseau des femmes du Syndicat national des enseignants et contractuels de base (SYNACEB) a saisi l'occasion pour rendre publique une déclaration afin d'interpeller la chancelière allemande « à bien vouloir orienter la coopération militaire de son pays vers le secteur de l'éducation au Niger ».