Report de l’adhésion du Burundi à la SADC

La crise politique, que traverse le Burundi depuis 2015, pousse la SADC à reporter l’adhésion du pays à cette communauté de 15 Etats de l’Afrique australe.

Le comité interétatique de politique et de diplomatie de la Communauté de développement de l'Afrique australe s'est réuni à Dar-es-Salaam en Tanzanie en le 24 février. Le seul point à l'ordre du jour était la demande d'adhésion du Burundi.

brd sadc c1549

L'évaluation sur la défense, la coopération et la sécurité de la situation au Burundi inquiète les Etats membres. Le ministre Tanzanien des Affaires étrangères a affirmé que Bujumbura traverse une crise politique. « Ce pays doit retrouver l'ordre et la stabilité avant que sa demande d'adhérer dans ce bloc régional de 15 pays puisse être réexaminée, » a expliqué le ministre Mahiga.

La position défavorable à l'adhésion est bien accueillie par l'opposition radicale qui estime que la situation politico-sécuritaire doit d'abord être assainie. Contrairement à Gilbert Begaud Njangwa de la société civile burundaise qui trouve injuste cette position. Il indique que la paix et la sécurité règne sur tout le territoire nationale.

Une situation qui inquiète l'ONU

Dans un rapport sorti le 23 février, le secrétaire général des Nations–Unies fait part de son inquiétude sur la situation des droits de l'homme au Burundi. Antonio Guterres déplore le recul de l'économie burundaise, les secteurs sociaux qui n'ont pas eu assez de moyens dans le budget de l'Etat exercice 2017 ainsi que le nombre de réfugiés estimés à 380 000 jusque fin février dernier. Il en appelle au rétablissement de la situation.

Une multiplicité d'organisations
Le Burundi est déjà membre d'autres organisations notamment la Communauté Est-Africaine regroupant aujourd'hui 5 pays ; le COMESA, marché commun de l'Afrique orientale et Australe ; la CEAC, Communauté des Etats d'Afrique Centrale ; la ZEP, Zone d'Echange Préférentielle ; de la CEPGEL, Communauté économique des Pays des Grands-Lacs ...

Politique de la chaise vide

Bien que membre de plusieurs organisations tant régionales que sous régionales, le Burundi ne répond pas souvent présent aux invitations des réunions depuis 2015. L'exemple est celui de cette réunion qui s'est tenue dans la capitale Rwandaise. La délégation du Burundi s'était déplacée mais elle a vite vidé les lieux, arguant que sa sécurité était menacée. Bujumbura accuse Kigali de participer dans la déstabilisation du Burundi.
Bujumbura brille également par son absence dans cette session des parlementaires de la communauté Est –Africaine qui se déroule à Kigali du 5 au 17 mars. Les cinq parlementaires du parti au pouvoir au Burundi, le CNDD, disent craindre pour leur sécurité. Par contre, pour quatre parlementaires de l'Uprona de l'opposition et des frondeurs du CNDD-FDD, Kigali affirme que leur sécurité sera garantie.
La SADC est composée de 15 pays : l' Afrique du Sud, Angola, le Botwana, le Lesotho, Malawi, Iles Maurice, Mozambique, Namibie, République Démocratique du Congo, Seychelles, Swaziland, Tanzanie, Zimbabwe, et la Zambie et le Madagascar.