Tunisie: démission du patron de l'organisation des élections

Démission surprise du président de l’Instance Supérieure Indépendante pour les Élections (ISIE), et de deux de ses membres. Ce, à 7 mois des législatives.

La démission hier mardi de Chafik Sarsar de la présidence de l'Instance Supérieure Indépendante pour les Élections (ISIE), accompagnée de son vice-président et d'un autre membre de l'instance constitue une surprise de taille pour le processus démocratique en Tunisie, à sept mois des élections municipales.

tn chafik sarsar 48994

Chafik Sarsar

L'annonce, a été faite lors d'un point de presse, autour des évolutions du processus électif des élections municipales. L'ancien président de l'ISIE a indiqué que depuis la passation des tâches entre les membres sortants et les nouveaux membres de l'instance des tensions ont eu lieu.

Depuis, des membres du conseil exigent le départ de certains cadres. Chafik Sarsar a assuré qu'il s'agit d'une décision responsable. Il a exhorté l'ARP, l'assemblée des représentants du peuple, à remplacer les membres démissionnaires de l'ISIE avant le début des vacances parlementaires.

Le K.O

Cette démission provoque un tollé sur la scène politique. Plusieurs députés affirment qu'elle aura des conséquences sur la tenue des élections municipales, prévues le 17 décembre prochain. En effet, les nouvelles nominations au sein de l'ISIE pourraient prendre six mois. certains députés avancent l'hypothèse plausible de l'existence de pressions sur certains membres de l'instance pour orienter ses travaux et ses démarches dans un sens bien déterminé. Le député du Front populaire (FP), Ammar Amroussia (opposition) a appelé Chafik Sarsar à dévoiler les raisons de sa démission et ce, dans l'objectif de barrer la route aux interprétations malveillantes, aux spéculations et d'éviter au pays des tiraillements politiques.

D'autres députés de l'opposition soulignent que la démission de Sarsar démontre le chaos qui règne dans le pays et surtout à la veille du discours décisif du président de la République Béji Caid Essebsi ce mercredi 10 mai.

Une démission qui va ouvrir la porte aux spéculations sur une éventuelle relation entre ce départ et le discours du chef de l'Etat. Le ministre tunisien chargé des Relations avec les instances constitutionnelles et la société civile et des droits de l'homme, Mehdi Ben Gharbia a souligné que le gouvernement insiste sur la tenue des élections municipales pour le 17 décembre, malgré les démissions au sein de l'ISIE. Le président de l'ISIE, Chafik Sarsar, et les deux membres démissionnaires, Mourad Ben Moula et Lamia Zargouni, seront auditionnés, ce mercredi après midi, à partir de 15 h (heure locale), par la commission du règlement intérieur de l'ARP.