Bénin : le maire de Cotonou suspendu de ses fonctions

La sanction est tombée à la suite de son audition par le préfet du Littoral, Modeste Toboula.

Le 28 juillet dernier, le ministre de la décentralisation, Barnabé Dassigli, a suspendu par un arrêté ministériel Léhady Soglo, maire de la municipalité de Cotonou. Accusé de mauvaise gouvernance, la décision a été rendue publique alors qu'il venait d'être auditionné par le préfet du Littoral, Modeste Toboula. Afin de clarifier les chefs d'accusation retenus contre lui, une enquête judiciaire a été ouverte et la police judiciaire a fait une descente au bureau du maire et en son domicile pour des perquisitions. Il est reproché à l'élide d'avoir incinéré des actes de valeurs inactives non placées et surtout des souches des tickets sur la période 2013-2014.
 
Benin Maire Fotor 08929

Pour une certaine opinion publique, la descente inopinée des forces de l'ordre au domicile du maire cachait mal une arrestation du maire de Cotonou. Ceci au regard des enjeux et de la filiation de Léhady Soglo qui a pour parents l'ancien président de la République, Nicéphore Soglo et l'honorable Rosine Soglo ainsi que certains hommes politiques. Une affirmation aussitôt démentie par le ministre de la justice, Joseph Djogbénou le samedi 29 juillet 2017, lors d'une conférence de presse. Pour lui, ces personnalités font obstruction à l'enquête préliminaire ouverte contre le maire. «Ce n'était pas une procédure d'arrestation, bien que les éléments s'y prêtaient. Aucun ordre n'a été donné pour arrêter qui que ce soit», a-t-il déclaré.

Défaut de mandat de perquisition

Il est reproché, aux officiers qui se sont présentés au domicile du maire, le défaut d'un mandat de perquisition. A ce sujet, le garde des sceaux parle d'une méconnaissance de la loi. «Il n'y a pas de mandat de perquisition dans notre législation. L'officier enquêteur est libre de faire des saisines, des perquisitions dans les limites du code de procédure pénale. Nous avons 4 types de mandats dans notre législation. Les mandats de comparution, d'amener, d'arrêt et de dépôt. Donc, la procédure enclenchée est légale et la perquisition visait à la fois, le domicile et le bureau», a martelé Joseph Djogbénou.

Fait troublant, depuis le 28 juillet 2017, le maire Léhady Soglo est portée disparu. Toutes les tentatives des officiers de police pour retrouver ses traces sont restées vaines à ce jour. Les perquisitions continuent et sa maison reste sous surveillance policière.