RDC: de nouvelles tueries à Beni

Des dizaines de personnes ont été capturées avant d'être tuées par des présumés rebelles ADF dans le territoire de Beni situé dans l'est de la RDC.

Les événements se sont produits sur l'axe routier Mbau-Kamango en territoire de Beni dans la nuit de samedi 7 à dimanche 8 octobre. Des présumés rebelles de l'ADF (forces démocratiques alliées) ont tendu une embuscade à des civiles sur ce tronçon routier. Ils ont tué certains à la machette, retiendraient encore quelques uns et ont relâché d'autres dont deux femmes.

rdc massacre 7dc23


L'information a été rapportée par les personnes relâchées avant d'etre confirmée par des sources administives et l'armée. Selon Baliesima Kadukima Albert, un député de la région, les personnes relâchées ont affirmé que la plupart des victimes ont été tuées à la machette. "deux femmes ont été deliberement liberées et deux jeunes hommes se sont sauvés. C'est eux qui déclarent avoir vu et vécu la scène d'egorgement des autres, car les ADF les ont rassemblés tous et ont commencé à les égorger" a déclaré le notable de la région de Kamango.

Il précise par ailleurs que le comité de sécurité locale de toute la "chefferie de Watalinga" a convoqué une réunion d'urgence pour plancher sur la question. Au total 17 personnes sont comptées parmi les victimes de différentes couches sociales. Il s'agit de 3 agents de la société Esco Kivu (spécialisée dans l'agriculture et la commercialisation du cacao), 2 agents de de direction générale de Douane ,3 étudiants, 2 agents de la direction générale de Migration, 1 agent du service de Quarantaine animale et vétérinaire, 2 commerçants de la cité de Nobili, 3 chauffeurs de taxi habitants de la cité d'Oicha et 1 cultuvateur de Kamango. Tous ont emprunté cet axe routier.

L'armée veut rétablir la sécurité

L'information a vite été confirmée par les forces armées de la République démocratique du Congo. Toutefois celles-ci affirment avoir tout mis en œuvre pour rétablir la sécurité dans cette région." Pour le moment, elles contrôlent l'axe routier Mbau-Kamango jusqu'au point kilométrique 40.

Du point kilométrique 40 jusqu'à Kamango, le trafic est interrompu et les troupes de l'armée Congolaise combattent les rebelles pour réouvrir la totalité de l'axe" précise Mack Hazukai porte-parole de l'armée congolaise dans la région de Beni. Il explique que le bilan est impossible à communiquer à l'heure actuellement, vu que les affrontements se poursuivent encore. En effet, des combats opposent l'armée et les rebelles de l'ADF depuis la soirée du vendredi 6 octobre dans cette zone.

L'incertaine identité des assaillants

Les rebelles responsables de cette attaque sont assimilés aux troupes de l'ADF qui opèrent depuis plusieurs années dans la région. Toutefois, les témoignages des personnes relâchées, sur la tenue militaire et leur langue, sèment l'incertitude sur leur vraie identité. En effet, un rapport publié en septembre 2017 par le groupe d'étude sur le Congo (GEC) conduit par le chercheur Jason Stearns a établi une liste des responsables des massacres de Beni. Le rapport qui identifie certains ADF, milices locales et certains éléments de l'armée congolaise.

Les massacres de Beni dans l'est de la RDC ont fait plus de milles victimes essentiellement des civiles depuis 2014.