La famille du Commonwealth à Yaoundé

Ouverture de la 60e assemblée des parlementaires du Commonwealth à Yaoundé avec un programme basé sur le développement post 2015.

Les travaux de la 60e conférence parlementaire du Commonwealth se déroulent à Yaoundé. A cette occasion, près de 700 délégués provenant des 53 pays que compose le Commonwealth ont foulé le sol du Cameroun.

commonwealth 28004Photo de famille - afriqueactualite.com

Placé sous le thème «Repositionner le Commonwealth pour l'agenda de développement post 2015», la rencontre des parlementaires du club des gentlemen table sur l'unité dans la diversité, et le rôle du parlement à cet effet. Autre sujet à l'ordre du jour, la bonne gouvernance au 21e siècle, la transparence et la lisibilité comme nécessité à travers l'espace Commonwealth.

C'est avec des mots bien choisis et dans une langue qu'il connait mieux, le français, que Paul Biya a ouvert les travaux de la Commonwealth Parlementary. Il a relevé le contexte dans lequel se tiennent les travaux. Il a mis l'accent sur la multiplication des foyers de tension dans le monde. Autres points soulignés, les enjeux du progrès social et les questions de développement humain.

Dans son allocution, il a reconnu que tous les OMD n'avaient pas été atteints. « Comme vous le savez, l'adoption, le 08 septembre 2000, de la Déclaration portant sur les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), a fait éclore de nouvelles espérances, en un monde où la paix, la sécurité et la prospérité seront enfin partagées. Quinze ans après l'adoption de ces objectifs, force est de reconnaître malheureusement qu'ils ne seront pas atteints en 2015 comme convenu ».

Il reconnait néanmoins qu'il y a eu des avancées notables dans les domaines, tels que : la scolarisation, la couverture vaccinale, la lutte contre le VIH, le paludisme, et la promotion du genre à l'école. Malgré ces efforts appréciables, il convient toutefois de reconnaître que beaucoup de progrès restent à faire dans des domaines essentiels. « La famine n'a pas été éradiquée ; la pauvreté recule trop lentement ; le chômage, en particulier celui des jeunes, demeure un problème épineux ; et la couverture sanitaire reste insuffisante».

La communauté internationale devrait donc tirer les leçons des difficultés rencontrées ces quinze dernières années. Il faudra inventer des stratégies nouvelles à même de conduire à une amélioration substantielle des conditions de vie des populations. De la part de tous les acteurs, il conviendra assurément de faire preuve de plus de volonté politique, de plus de générosité et d'une solidarité plus effective, plus concrète et plus agissante.

Le discours de la reine d'Angleterre prononcé par l'ambassadeur de Grande Bretagne au Cameroun a été une sorte de continuité et s'est attardé sur l'interdépendance des Etats et l'unité du genre humain « Sans ce supplément d'âme, le développement à l'échéance du nouvel agenda risque de ne demeurer qu'un objectif lointain ».

 

commonwealth 2 a7ab2Paul Biya

A noter l'effort consenti par le délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Yaoundé et le président de l'Assemblée nationale du Cameroun. Ils ont tenu à s'exprimer dans un anglais approximatif. Le Cameroun est bilingue, mais pas les Camerounais, comme ils se plaisent eux-mêmes à le dire.

Au menu également, la politique internationale et l'évolution du système parlementaire parmi les Etats membres de l'Association et la place des femmes dans tous les parlements du monde.

Place au comité exécutif des femmes

C'est l'un des points sur lesquels le Commonwealth accorde un intérêt particulier, le respect du genre. Ouvert le 03 octobre à Yaoundé, le comité exécutif des femmes parlementaires du Commonwealth tient une place importante dans la tenue des travaux de Yaoundé.

Emilia Monjowa Lifaka, présidente du comité d'organisation, a dit toute la pertinence des assises de Yaoundé. « Le Cameroun est l'un des pays qui comptent plus de 30% de femmes dans son parlement. C'est donc un exemple pour d'autres pays qui sont encore à la traine. Il est important de continuer de travailler sur cette lancée ».

Le Commonwealth Parlementary Association mobilise ses membres pour faire avancer les nations vers la démocratie et la bonne gouvernance, avec un accent sur la promotion du genre. Pour Marc Tanguay, député canadien « le rôle de l'association des parlementaires du Commonwealth est aussi de renforcer l'implication des femmes dans les parlements ».

Au-delà de l'aspect genre, les membres du CPA entendent désormais sortir du simple rôle qui leur est dévolu pour devenir les acteurs du développement de leur Etat et également faire preuve de solidarité. « Il est important de bien cibler les défis non seulement du Cameroun, mais dans tout le monde entier car l'avenir des enfants et des jeunes en dépend, » a affirmé Stephen Bergeron, participant.

Si certains membres ont émis des réserves quant à la situation sécuritaire et sanitaire qui prévaut au Cameroun, ils ont été rassurés par le président de l'Assemblée nationale. Cavaye Yeguié Djibril a d'ailleurs affirmé que les travaux ne s'arrêteront pas seulement à la capitale camerounaise. Des descentes sont prévues sur le terrain. Le président du parlement camerounais tient à ce que les parlementaires gardent du pays le souvenir d'une destination sûre et d'un peuple accueillant.

Le Cameroun attend de cette conférence de Yaoundé, qu'elle lui ouvre de nouvelles perspectives s'agissant surtout de son rayonnement sur la scène internationale. Les travaux de Yaoundé s'achèvent le 10 octobre avec des discutions très attendues sur des sujets en rapport avec la vie des populations représentées par les pays membres du Commonwealth.