Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download
vendredi 19 octobre 2018

Nomination de Mugabe : le chef de l’OMS se défend

L’ancien président du Zimbabwe avait été désigné comme ambassadeur de bonne volonté de l’organisation en Afrique

Le chef de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a jugé « regrettable » le scandale suscité par la nomination en octobre de Robert Mugabe, alors président du Zimbabwe, comme ambassadeur de bonne volonté de l’organisation en Afrique, une mesure annulée depuis. « Il n’y a pas eu de problème de jugement », a déclaré le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, au cours d’une conférence de presse. Cette affaire, dans laquelle il y a eu trop d' »émotions », a trop fait parler d’elle, a-t-il estimé. « C’est une situation regrettable ».

M. Tedros avait annoncé la nomination de Mugabe en octobre en Uruguay, lors d’une conférence sur les maladies non transmissibles, et avait alors félicité le Zimbabwe, « un pays qui place la couverture universelle de santé et la promotion de la santé au centre de sa politique consistant à assurer la santé à tous ».Quelques jours plus tard, il avait annulé cette nomination après la levée de boucliers d’ONG dénonçant l’effondrement du système de santé zimbabwéen sous le régime Mugabe, mais aussi de pays comme les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et le Canada. De nombreux critiques avaient alors insisté sur le fait que Mugabe, dont la santé est fragile, se rendait lui-même à l’étranger pour y recevoir des soins médicaux.

M. Mugabe est « l’un des rares à être venus en Uruguay pour assister à la conférence. Il est venu en Uruguay pour y assister (…), donc il a montré un fort engagement. C’est pour cela qu’il a été suggéré », a expliqué M. Tedros. En outre, « plusieurs pays avaient suggéré » Mugabe en faisant valoir qu’il « pourrait aider » en Afrique, a ajouté M. Tedros, élu en 2017 et premier Africain à diriger cette importante agence de l’ONU. Et « le nommer ne signifie pas être d’accord avec tout », a-t-il poursuivi, soulignant qu’il aimait « construire des ponts » avec les gens en cas de désaccords. M. Mugabe n’a à aucun moment été officiellement nommé car toute nomination doit être « validée par un processus » formel, a précisé M. Tedros.