Gabon : pas d’importation de volaille française à titre conservatoire

Le gouvernement gabonais a émis une restriction sur l’importation de volailles en provenance de France. La mesure est à titre conservatoire.

Le retour de la grippe aviaire est effectif dans la zone de l'Union Européenne (UE). Près de la moitié des pays membres dont la France, est affectée par la poussé du virus H5N8.

gb volaille 05f7c

La France, partenaire historique et stratégique du Gabon n'est pas épargnée par ce virus. Dans sept départements du sud-ouest du pays, 52 foyers de grippe aviaire dans les élevages de volaille ont été recensé. Le virus H5N8 est « hautement pathogène » et, le Gabon craint d'être atteint du fait de sa relation commerciale avec la France. En effet, chaque année plus de 100 millions de biens agroalimentaires (119 millions en 2015 selon les douanes françaises) sont exportés vers le Gabon par la France et la volaille en fait partie.

C'est pour éviter la présence du virus sur son territoire que le gouvernement via le ministère de l'Agriculture a interdit depuis quelques jours l'importation de volaille française. La mesure concerne « toutes espèces de volailles vivantes, toute importation d'œufs à couver et de poussins d'un jour, d'oiseau de compagnie et d'oiseaux sauvages en provenance de France ». Le Gabon n'est cependant pas le seul pays à avoir pris cette mesure. D'autres pays d'Afrique à l'exemple du Sénégal ont également pris des mesures dans ce sens.

Les Gabonais, grands consommateurs de volaille

La volaille importée ou non de France est un aliment couramment consommé au Gabon. Près des 2/3 de la population de Libreville en consomment en aliment braisé, en sauce ou autrement. L'attrait des Gabonais à l'égard de cet aliment en général importé tient surtout à l'attractivité de son prix. Très peu de Gabonais ont les moyens de consommer quotidiennement du poisson ou de la viande de bœuf qui coûte cher et les niveaux de revenus ne permettent pas de tels achats en quantité.

Là où un carton de volaille vaut entre 8500 francs CFA et 10 000 francs CFA, la même quantité des deux aliments cités vaut elle, entre 13000 et 17000 francs CFA. Ce qui dépasse certains Gabonais.

La mesure a plus de valeur à protéger la population qu'autre chose. Une fois, ce cas d'épidémiologie passé les relations commerciales dans ce domaine entre le Gabon et la France devraient normalement reprendre leur cours.