Maroc: des mineurs contaminés par la rage après un viol

15 mineurs traités contre la rage, après avoir violé une ânesse. Un acte qui pose la question de la zoophilie.

L'histoire peut en choquer plus d'un ! Quinze mineurs âgés de 7 à 15 ans auraient violé une ânesse dans la région de Sidi Al Kamel au Maroc début août. Après leur acte zoophile, les jeunes auraient contracté la rage. Les autorités locales se sont déplacées chez le propriétaire de l'animal afin que l'ânesse soit abattue pour éviter tout risque de propagation. Ils ont ensuite procédé à la recherche de personnes ayant été en contact avec l'animal, afin de limiter le risque de propagation de la rage parmi les habitants de la région. Interviewé par le média Chouftv, l'un des auteurs du viol explique son acte par l'ennui. « Si on avait un endroit où on pouvait s'amuser, on n'aurait pas fait ce qu'on a fait avec l'ânesse».
 
Anesse 19ca6
Les associations dénoncent ...
« Rien ne peut justifier un pareil comportement et une telle atrocité sur un animal, » dénonce Amal Elbekri, secrétaire générale adjointe du Réseau associatif pour la protection animale. « On ne cesse de crier au scandale, pourtant tout le monde sait que dans le milieu rural, les premières expériences sexuelles se font souvent sur des animaux. Un phénomène qui serait également présent loin des campagnes, dans les grandes villes plus précisément ! »
 
Ahmed Thazi, président de l'Association marocaine de défense des animaux et de la nature (Adan) confirme. Les violences sexuelles envers les animaux existent aussi dans plusieurs villes du Maroc. « Nous traitons régulièrement des chats et des chiens victimes de sévices sexuels ».