Madagascar : la peste pulmonaire refait surface

Le ministère de la Santé publique a annoncé qu'au total, cinq personnes sont décédées dont un homme à Antananarivo

Tout a commencé le 28 août dernier. Un homme, originaire d'Ankazobe, une localité située à 68 km au nord de la capitale malgache, voulait se rendre en taxi-brousse à Toamasina, sur la côte est. Il est décédé sur la route aux abords de la ville de Moramanga. Dans le taxi-brousse, le voyageur a contaminé deux de ses voisins. L'un est mort à son arrivée à Toamasina, l'autre le lendemain. Soit moins de 24h après avoir été infecté. Deux autres femmes, de la même famille que les victimes de Toamasina, sont mortes, l'une à Antananarivo, l'autre au sud de la capitale dans un autre taxi-brousse.
 
Peste bucconique bfb5a
 
Depuis lors, c'est une longue file de personnes que l'on observe devant les pharmacies des villes touchées par cette épidémie. Dans la ville de Toamasina, par exemple, les médicaments de prévention de la peste pulmonaire seraient en rupture de stock depuis mercredi 13 septembre 2017. Il en est de même pour Antananarivo et Antalaha. La consommation de ces antibiotiques sans prescription médicale est pourtant interdite.
 
Face à cette situation, le ministère de la Santé publique déconseille l'automédication qui pourrait entraîner une résistance aux médicaments et recommande à la population de se rendre dans les centres de santé de base. « Ces médicaments ne sont recommandés que pour les personnes qui ont été en contact direct avec la personne décédée. Ce ne sont pas des médicaments de prévention mais de traitement », éclaircit le docteur Mahery Ratsitorahana, directeur de la veille sanitaire et de la surveillance épidémiologique au sein du ministère malgache de la Santé publique.
 
En effet, toutes les personnes qui ont été en contact avec les malades sont soignées gratuitement. « Autour de deux cent cinquante personnes ont déjà reçu des doses de médicaments de prévention, dont les personnes en contact avec les victimes », a expliqué le ministre de la Santé publique, Lalatiana Andriamananarivo. En définitive, avec l'apparition de ces cas de peste pulmonaire et la panique générale créé auprès de la population, le ministère malgache de la Santé publique annonce le décès de cinq personnes liées à cette pathologie.