Le Sénégal prend ses précautions contre le virus Ebola

Face au virus Ebola qui sévit en Guinée-Conakry, Dakar prend des mesures pour parer à toute éventualité.

La fièvre Ebola a déjà tué 59 Guinéens sur environ 80 cas recensés. Ces derniers jours, cette fièvre mortelle a été signalée à Conakry, la capitale. « Prévenir vaut mieux que guérir », dit un adage bien connu du monde africain. Cette avancée de l'épidémie mortelle n'a pas laissé indifférent les autorités sénégalaises qui sont en alerte maximale, surtout que 300 km séparent la Guinée du sud du Sénégal.

 

ebola 424e6Il n'existe pas de vaccin efficace contre le virus d'Ebola - archives OMS

Pour Mamadou Ndiaye, directeur de la Prévention, la surveillance est la première mesure prise par le ministère sénégalais de la Santé : « Les dispositions que le Sénégal a prises, c'est par rapport à la surveillance. Car, il faut savoir que c'est une maladie virale. Il n'y a pas de vaccin efficace, aussi bien chez l'homme que chez l'animal. Ce que nous avons fait, c'est la réactivation du système de surveillance à l'échelle du pays. »

Il a ensuite décliné la stratégie de défense mise en oeuvre : « Nous avons envoyé des fiches techniques à toutes les structures sanitaires de telle sorte que s'il y a un cas suspect, on puisse informer l'autorité supérieure. » Parlant des régions frontalières compte tenu de leur porosité, il conseille aux habitants de « redoubler de vigilance par rapport à cette question. A Tambacounda, des mesures ont été prises pour que les centres sanitaires soient en alerte. La ville de Ziguinchor n'a pas de frontière directe avec la Guinée, mais elle est au sud du Sénégal. Nous surveillons aussi de prêt la situation de ce côté, vu le déplacement massif des habitants qui entrent par là. Autant de choses qui font que nous ne pouvons rester sans rien faire », a expliqué M. N'diaye.

Ebola est un virus très dangereux. Lorsqu'une personne est atteinte, il prend deux à vingt-et-un jours pour développer les symptômes entraînant une fièvre. Les signes sont nombreux : montée brusque de la température, fatigue permanente, douleurs musculaires, céphalées, irritation de la gorge, hoquets, etc. Cette maladie mortelle se transmet d'une personne malade à une personne saine. L'on peut aussi être contaminé de cette fièvre mortelle en étant en contact avec des objets souillés appartenant à des personnes malades ou décédées. La consommation de viande d'animaux de brousse infectés peut être également une source de contamination.