Libye : le casse-tête du rapatriement des migrants

Des milliers de migrants sont emprisonnés dans des centres en dehors de tout contrôle, soit des autorités libyennes ou que des organisations internationales.

Selon les dernières statistiques de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), 15.000 migrants croupissent dans des centres de rétention officieusement contrôlés par le gouvernement d'union nationale libyen (GNA). La plupart de ces centres sont en effet contrôlés par des milices loyales au GNA. Certains de ces lieux de détention "illégaux" sont tenus par des milices qui enlèvent les migrants dans les villes et les torturent avant de téléphoner aux familles sommées de payer des rançons. Ce trafic est devenu un commerce lucratif pour plusieurs milices qui ont mis en place un réseau bien organisé avec des ramifications dans des pays africains pour le transfert des fonds. C'est aussi dans ces centres qu'on "vend" les migrants. Mais il faut d'abord commencer par rapatrier ceux qui sont dans les camps facile d'accès, souligne-t-on à l'UA.
 
Rapatriement 69148
 
13.600 rapatriés
"Vider les camps est une avancée positive (...) je crois que cela aura aussi un impact sur l'esclavage", estime William Lacy Swing, le directeur de l'OIM. Il souligne que 13.600 migrants en difficulté ont déjà été rapatriés cette année. Son directeur Europe Eugenio Ambrosi estime que le rapatriement des 15.000 migrants internés dans des camps du GNA pourrait se faire en "six semaines à deux mois". On pourrait faire appel à des avions affrétés par le Maroc, a-t-on appris auprès de l'Union africaine. M. Ambrosi pose toutefois une condition : que "les pays d'où ils viennent fournissent les documents nécessaires".
 
C'est justement un des casse-têtes du dossier. Une grande partie de migrants n'ont pas de papiers, soit parce que leurs pays ont des administrations faibles, soit parce qu'ils ne veulent pas rentrer chez eux. Concrètement, il faut que les pays concernés envoient des émissaires qui identifient leurs ressortissants, leurs fournissent des papiers avant qu'on puisse les rapatrier. "On ne peut que rapatrier les volontaires", rappelle M. Swing. Recenser les ressortissants, "c'est un travail de fourmis. Il faut rencontrer chaque migrant là-bas. Notre ambassadeur a dû faire un travail gigantesque dans des conditions difficiles", expliquait Issiaka Konaté, directeur des Ivoiriens de l'étranger, lors du rapatriement de 600 Ivoiriens au début du mois de novembre 2017.
 
Et encore la Côte d'Ivoire, le Sénégal ou d'autres ont-il une attitude volontaire, mais des sources auprès des ONG soulignent sous couvert de l'anonymat que certains pays ne voient pas forcément d'un bon œil le retour des migrants ayant échoué, ceux-ci n'ayant pas de travail et les conditions pour les accueillir n'étant pas réunies. Il est donc impératif d'aider ces Etats pour les retours, souligne une source auprès de l'Union africaine.