Trois icônes de la culture camerounaise distinguées par la France

Bassek Ba Kobhio, Ambroise Mbia et Barthélémy Toguo ont reçu les insignes de chevalier des arts et des lettres de la République Française.

Trois artistes camerounais ont reçu jeudi, à Yaoundé, au nom de la France, les insignes de Chevalier des arts et des lettres. Il s'agit de l'acteur et metteur en scène Ambroise MBIA, du cinéaste Bassek Ba Kobhio et du peintre Barthélémy TOGUO, des artistes qui ont en commun d'avoir réalisé des œuvres de portée internationale tout en restant attachés à leur territoire.

lauriers avec Christine Robichon 2fabfLes lauréats avec Christine Robichon

Les trois personnalités ont été décorées à l'ambassade de France au Cameroun par Christine Robichon, l'ambassadrice. La cérémonie a vu la présence de la ministre camerounaise des Arts et de la Culture, Ama Tutu Muna, du ministre camerounais du Travail et de la Sécurité sociale, Grégoire Owona et du Secrétaire général des Services du Premier ministre camerounais, Louis-Paul Motaze. Une cérémonie assez courue où les lauréats du jour ont bénéficié également de la présence des familles et amis.

Profils et carrières

Après l'avoir formé, la France décore Ambroise MBIA au bout d'un demi-siècle de carrière fulgurante sur les planches et l'écran. L'ancien Secrétaire Général des Arts nègres, haut cadre du ministère de la culture, le comédien est le fondateur des rencontres théâtrales Internationales du Cameroun, RETIC. Âgé de 72 ans, l'ambassadrice de France au Cameroun a salué l'homme qu'elle désigne comme un «comédien rigoureux et exigeant». Ancien pensionnaire de l'École Nationale Supérieure des Arts et Techniques de Théâtre de Paris, puis de la Compagnie Madeleine Renaud – Jean-Louis Barrault, à l'Odéon Théâtre de France, Ambroise MBIA a joué dans de nombreuses pièces de théâtres et même au cinéma. On peut citer pour illustration, en ce qui concerne le théâtre, le passage dans «Le Marchand de Venise» avec Jean-Louis Barrault, au cinéma, l'acteur a tourné dans le film «Profession Reporter» (1975) de Michelangelo Antonioni aux côtés de l'Américain Jack Nicolson pour ne citer que ceux là.

Ambroise MBIA compte à son actif plus de 300 pièces de théâtre radiophonique, 15 films au cinéma, 30 films dans les chaînes de télévision françaises et 60 pièces de théâtre. « Cette récompense me fortifie dans l'idée que le métier que j'ai choisi est un beau métier sinon le plus beau métier du monde ».

C'est au ministère de la culture que la passion de BASSEK Ba KOBHIO pour la liberté et l'histoire prend la forme d'un engament au cinéma. 30 ans après le professeur de français est devenus réalisateur, et producteur avec des films dans les sélections de Cannes et le plus grand festival de cinéma en Afrique Centrale Écrans noirs. « Dans votre travail, vous avez besoin de la reconnaissance des gens qui reconnaissent que vous avez parfois commis des erreurs, mais globalement il a excellé.

Né le 1er janvier 1957 dans la région du littoral, Bassek ba Kobhio sera davantage connu pour les fictions à succès tel "Le grand blanc de Lambaréné" (1994-1995), "Le silence de la forêt" (2003). Il a également publié divers ouvrages dont « Sango Malo », adapté au cinéma.

Ceux qui ne connaissent pas Barthélémy TOGUO ont au moins rencontré ses œuvres. Formé à Abidjan, paru au Düsseldorf, l'enfant de Bandjoun opère un retour aux sources ; Quatre ans à travers un cantier culturel original « Bandjoun Station ». « C'est un projet culturel, qui est associé à un projet agricole parce que je pense que pour bien faire de l'art, il faut bien manger ».

Chacune de ces personnalités a contribuée à donner un rayonnement particulier respectivement aux arts vivants, visuels et plastiques au Cameroun. La France honore ainsi trois créateurs qui se sont distingués dans leurs formes d'expression artistique.