Abdoulaye Wade: "je refuse que le nouvel aéroport porte mon nom"

C'est par le truchement de sa présentation de condoléances, suite au décès du khalife de la confrérie niassene, que l'ancien président a fait l'annonce.

Blaise Diagne, héros d'Abdoulaye Wade
Le nouvel aéroport international que le Sénégal inaugurera le 07 décembre prochain concentre toutes les attentions, vu les potentielles retombées politiques qu'il comporte. Pour l'ancien président du Sénégal Abdoulaye Wade, c'est lui qui avait pris la décision de donner le nom de Blaise Diagne à cet aéroport, sous sa présidence. "Ce n'est pas de mon vivant que j'accepterais qu'on le rebaptise à mon nom", dit-il. Et d'ajouter : "Il m'est parvenu que Macky Sall voudrait donner mon nom à ce nouvel aéroport. On a même saisi Madické Niang (un de ses hommes de confiance et par ailleurs président du groupe parlementaire de l'opposition à l'assemblée nationale) en ce sens. J'aimerais dire que je suis contre cette idée. Le président de la République a le droit de baptiser cette infrastructure, certes. Mais de grâce, pas d'aéroport international Abdoulaye Wade de Diass"
 
Aeroport Dakar d7a02
 
Avant d'ajouter que "Blaise (Diagne) est sa référence en politique", son "héros". Me Abdoulaye Wade annonce d'ailleurs la publication d'un ouvrage sur l'œuvre et la vie de Blaise Diagne, pour faire connaître ce personnage à la nouvelle génération. Pour rappel, Blaise Diagne est le premier sénégalais qui a marqué de son empreinte la lutte politique à l'Assemblée nationale française. L'aéroport international Blaise Diagne, érigé à Diass, un village du département de Mbour, sera inauguré le 7 décembre prochain par le président Macky Sall. Compte tenu de tout cela, Me Wade menace même de traduire le président Sall en justice s'il rebaptise AIBD à son nom.
 
Retrouvailles difficiles
Ces propos de l'ancien président sénégalais arrivent dans un contexte de négociations entamées par des tiers pour des retrouvailles entre le père politique Abdoulaye Wade et son fils putatif devenu chef d'État Macky Sall: le premier veut que son fils biologique Karim Wade puisse être amnistié (car frappé d'une condamnation qui le rend inéligible) pour pouvoir candidater à la présidentielle de 2019, le second cherche un deuxième mandat avec une grande détermination. Le calcul politique consiste donc pour Macky Sall à donner à Abdoulaye Wade le nom du nouvel aéroport pour s'attirer la sympathie d'une partie de l'électorat. Ce que le vieux politicien cherche à éviter.
 
Déjà, fin octobre 2017, Abdoulaye Wade avait réuni, à sa résidence à Fann, la Fédération nationale des cadres libéraux. L'ancien président de la République entendait "mobiliser les différentes forces de son parti politique pour que l'élection présidentielle à venir soit une défaite cuisante pour Macky Sall et son pouvoir en 2019". Me Wade avait également critiqué le gouvernement qui "continue de réaliser ses projets sans avoir l'honnêteté de dire qu'il en est le géniteur".
 
Médiation de Touba
C'est un secret de polichinelle, le Khalife général des mourides, Serigne Sidy Mokhtar Mbacké veut réconcilier Me Wade et Macky Sall. D'ailleurs, en à croire son porte-parole, Serigne Bassirou Abdou Khadre Mbacké, le chef de la confrérie la plus puissante du pays "a, à chaque occasion, insisté sur les retrouvailles" entre l'actuel président de la république et son prédécesseur. "Je suis témoin du jour où le khalife a invité Me Abdoulaye Wade à œuvrer dans le sens de retrouver Macky Sall, comme d'ailleurs, il l'a fait aussi avec le Président Macky Sall. Le reste, nous le laissons entre les mains de Dieu", a confié Serigne Bassirou. "Nous osons croire que leurs retrouvailles sont dans l'intérêt de tout le Sénégal et c'est pour cette raison que nous nous y attelons", a-t-il ajouté. Serigne Bassirou a également souligné que les Présidents Wade et Sall, sont des talibés mouride et chacun d'entre eux entretient des rapports particuliers avec Touba.
 
Sauf qu'il y a quelques jours, il ya eu des déclarations attribuées à Macky Sall par certains membres de son entourage à qui ce dernier aurait confié: "il n'y a pas de retrouvailles avec Wade et il n'y en aura pas. Le débat est clos".