Le Forum social mondial à Tunis

La Tunisie accueille le Forum social mondial (FSM) 2015. Plus de 70 000 personnes sont attendues.

Le coup d'envoi du Forum social mondial (FSM) 2015 a été donné cet après midi à Tunis sur un air de défi et de solidarité, suite à l'attaque terroriste ayant ciblé le musée du Bardo. Et, ce, après avoir été retardé de 24 h à cause de la détérioration des conditions météorologiques.

tn forum social f3093Le Forum ouvre ses portes

Plus de 4300 organisations et associations de 120 pays prennent part au Forum, placé cette année sous le slogan «Dignité et droits». Plus d'un millier d'ateliers, conférences et débats sont prévus et jusqu'à 70 000 personnes ont renouvelé leur soutien à la Tunisie et leur totale adhésion au déroulement de l'événement à Tunis.

Les organisateurs se veulent rassurant en ce qui concerne la sécurité. « Toutes les garanties ont été données pour le bon déroulement de l'événement, » affirme Alaa Talbi, directeur du Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES), qui coordonne le Forum social de Tunis. La décision de maintenir le Forum social a été prise immédiatement après l'attaque du musée : « Le maintien du FSM 2015 sera la réponse appropriée de toutes les forces de paix et de démocratie qui militent au sein du mouvement altermondialiste pour un monde meilleur, de justice, de liberté et de coexistence pacifique, » ont affirmé les organisateurs peu après l'attentat.

Toit

M. Gustavo Massiah, un des pères fondateurs du FSM a souligné que la tenue pour la deuxième fois consécutive du Forum en Tunisie est en fait « une réponse des sociétés civiles du monde à ce pays. C'est en Tunisie qu'a commencé, en 2011, la révolution du peuple contre la crise du néolibéralisme et du système mondial géopolitique, économique, culturel et écologique. Et c'est en Tunisie en 2013 lors de la précédente édition , que nous avons dressé les valeurs et les fondamentaux du Forum social mondial : à savoir la dignité, le refus des inégalités, de la domination et des discriminations, les libertés politiques individuelles et collectives et le refus de la corruption ».

Et M. Massiah de poursuivre : « la région du Machrek-Maghreb demeure aussi au centre des crises du monde, d'où l'importance de revenir en discuter sous un même toit rassembleur qu'est le FSM-Tunis 2015.»

Domination

Plus de mille activités autogérées sont au menu, avec des assises de convergences à thématiques diverses. Au campus universitaire Farhat Hached-El Manar dans la capitale Tunis, de multiples espaces de dialogue et d'échanges seront animés, dans le cadre de ce qu'on appelle « Villages » et « Carrefours. » Tous destinés à réfléchir sur des questions communautaires telles que l'immigration, la justice sociale, la citoyenneté, le droits et l'égalité des chances...

Créé en 2001 à Porto Alegre, au Brésil, en réaction au Forum économique mondial de Davos, en Suisse, le Forum social constitue un « espace de rencontres ouvert » visant à concevoir des alternatives « au néolibéralisme et à la domination du monde par le capital et toute forme d'impérialisme ». Après Nairobi en 2007, Dakar en 2011 et Tunis en 2013, c'est la quatrième fois que le Forum social est organisé sur le continent africain.