Suicide d’un Togolais au Canada pour protester contre l’expulsion de toute sa famille

Suicide d'un cadre togolais, alors que les services d'immigration canadiens s'apprêtaient à l'expulser avec sa famille. Il s'est pendu dans son appartement.

Norbert G., 45 ans, ancien cadre dans une institution bancaire à Lomé, marié et père de deux enfants (6 et 8 ans) s'est pendu au Canada. Il menait plutôt une vie normale et possédait des biens matériels à Lomé. Mais, sans que personne ne sache pourquoi, ce comptable de profession décide d'émigrer au Canada avec sa famille.
tg suicide togolais canada 1 c5793Photo d'illustration - Hatealot
 
Pour se faire,Norbert G. se confie à un cabinet d'émigration au Canada basé à Lomé. Dans la capitale togolaise, ces cabinets sont partout. Les démarches entreprises par le cabinet d'immigration se sont révélées concluantes, selon les explications fournies.
 
Norbert G. qui a ses documents de voyage, n'a pas hésité à vendre sa maison, sa voiture et tous ses biens avant de quitter Lomé avec sa famille le 28 février pour le Canada.
 
Ce que l'on sait, c'est que, la famille est bien arrivée au Canada. Contre toute attente, Norbert est arrêté un mois après son arrivée à Montréal par la police canadienne pour détention de faux papiers.
 
Les autorités de Montréal décide après enquête, d'expulser toute la famille Gbedessi vers le Togo.
 
Déception
 
Face à sa nouvelle situation, Norbert G. se pend, laissant femme et enfants dans la désolation.
 
En effet, le 30 mars, au petit matin, il se réveille discrétement pour regagner le salon de leur appartement. A son reveil, sa femme fera la macabre découverte du corps sans vie pendu au salon.
 
La situation se complique pour la femme sans sous argent et incaple de raptrier le corps sur Lomé.
Des Togolais vivants au Canada ont apporté leur contribution, afin que le corps soit incinéré, le 07 avril dernier.
 
Aux dernières nouvelles, la veuve et ses deux enfants ont quitté l'appartement dans lequel s'est suicidé Norbert G., pour élire domicile dans une mairie où de nombreux Togolais leur apportent un soutien, tant moral que financier.
 
Ce drame relance la problématique des activités d'escroquerie de certains cabinets d'immigration à Lomé. Ils profitent de la naïveté des citoyens en leur promettant un paradis improbable en Occident.