Cameroun: trois jours de grève dans les hôpitaux

Dans un communiqué, le syndicat des médecins du Cameroun confirme le grève du 17 au 19 avril. Le bras de fer entre gouvernement et syndicat se poursuit.

Déjà annoncé il y a une dizaine de jours, le syndicat des médecins du Cameroun vient de réaffirmer son intention de tenir dès ce lundi 17 avril une grève sur l'ensemble du territoire. « Il est évident que la grève du 17 au 19 Avril a tout son sens et ne devrait souffrir d'aucune reprogrammation, car elle traduira le mécontentement des médecins, » peut-on lire dans le communiqué de presse rendu public à cet effet.

cmr greve sante 170417 a5f2cPhoto d'illustration

Cette sortie du syndicat fait suite à celle du ministre de la Santé publique le 13 avril dernier. Mis au courant du préavis de grève du Symec, André Mama Fouda avait alors rendu public un communiqué dans lequel il appelait les médecins à vaquer normalement à leurs activités ce lundi. Le ministre affirmait que le syndicat des médecins du Cameroun n'avait pas d'existence légale et par conséquent ne pouvait appeler à un quelconque mouvement de grève.

Malgré tout, les médecins du Symec ont décidé de maintenir leur mot d'ordre de grève indiquant dans leur communiqué que « rester sans agir, c'est être complice des milliers de morts évitables chaque année dans nos hôpitaux du fait d'un manque de financement des soins de santé. »

Revalorisation salariale

Revaloriser les salaires des médecins, c'est là, la principale revendication qui sous-tend la grève du corps médical. Les médecins du public au Cameroun touchent entre 105 000 fcfa et 234 000 fcfa. Ils ont du mal à atteindre 400 000 fcfa de salaire, même après 25 ans de carrière. Une injustice qui a trop duré selon les syndicalistes.

Autres revendications : la suppression « pure et simple » des affectations des médecins sans salaire, ainsi que la mise en place d'une procédure de traitement accélérée des dossiers d'intégration des médecins dans la fonction publique.

De plus les hommes en blouse blanche exigent la mise en place dans un délai court d'une assurance maladie de base à couverture universelle.

Aux dernières nouvelles la grève annoncée ce lundi a du mal à être suivie dans plusieurs hôpitaux publics.