Situation alimentaire préoccupante au Niger

Face à la situation alimentaire et pastorale critique, les autorités nigériennes appellent les partenaires techniques et financiers du Niger à leur venir en aide.

Au Niger, la situation alimentaire et nutritionnelle demeure préoccupante au point où les autorités sonnent l'alerte. « La situation alimentaire dans le Niger profond est extrêmement préoccupante, » a déclaré le premier ministre Brigi Rafini devant les partenaires techniques et financiers du Niger pour parler sur la situation alimentaire et nutritionnelle en cours au pays.

ngr crise alimentaire 080517 12991

En effet, le pays a enregistré un important déficit alimentaire et fourrager mettant en danger plusieurs milliers de personnes. Selon le premier ministre, il est important d'intervenir pendant la période de mai, juin et juillet « pour atténuer les difficultés des populations. »

Les besoins urgents à atténuer au cours de cette période, communément appelée période de soudure, concernent aussi bien les humains que les animaux. Ces besoins sont de l'ordre de 43 000 tonnes de céréales, 68 700 tonnes d'aliments bétail et 13 051 tonnes de semences. « Ce sont là les trois chiffres qui nous préoccupent actuellement. Nous demandons encore une fois de plus votre accompagnement et votre assistance. Nous lançons un appel pressant à tous nos amis pour venir en aide à notre pays, » a lancé le premier ministre. Il a insisté sur la nécessité d'une réponse dans l'immédiat qui, du reste, est « le souhait le plus ardent du gouvernement au regard de la situation alimentaire ».

Un besoin estimé à 142 milliards FCFA

Pour faire face à cette situation, le besoin global dont du Niger est estimé à plus de 142 milliards FCFA par le coordonnateur de la cellule crise alimentaire, Yabilan Maman. Selon lui, à ce jour, « il y a un niveau de mobilisation de 56 %. C'est dire qu'il reste un gap de 44 % à mobiliser », a-t-il souligné et les plus grands gaps se trouvent dans la vente de céréales à prix modéré. Une opération mise en place afin de permettre aux populations de se procurer des céréales à un prix étudié.

Selon Yabilan Maman, 32 000 tonnes de céréales sont actuellement mobilisées dans le cadre de cette opération. « Il y a un gap de 43.000 tonnes à mobiliser par le gouvernement avec l'appui de tous les partenaires, pour permettre de couvrir cette opération jusqu'au mois de septembre », a-t-il expliqué.

Des besoins à couvrir

En outre, le gouvernement prévoit de distribuer gratuitement 52 000 tonnes de vivres aux populations les plus vulnérables à partir ce mois de mai. Cette opération commencera « au niveau des zones prioritaires, car les vivres sont entièrement mobilisés », a précisé le responsable de la cellule crise alimentaire.

Dans certaines localités du Niger, l'insécurité alimentaire a conduit au cours du mois d'avril certaines écoles à fermer, les élèves ayant suivi leurs parents dans la quête de nourriture. A cet effet, le gouvernement entend appuyer les cantines scolaires, afin de maintenir les écoles ouvertes, permettre aux enfants de finir l'année scolaire et de passer les examens de fin d'année. « Pour cette opération, 1916 tonnes de vivres et divers kits ont été positionnés essentiellement dans les régions de Maradi, Zinder, Tahoua et Agadez», précise Yabilan Maman.

Outre la crise pastorale en cours dans la partie nord du pays, plusieurs localités sont confrontées à une insécurité alimentaire et nutritionnelle, notamment à l'approche de la période de soudure qui va de mai à septembre, un moment où les stocks de vivres des populations sont épuisés alors que la campagne agricole s'annonce.