Madagascar : des pèlerins tués dans un accident de bus

Un pèlerinage tourne au drame. Au moins une trentaine de personnes a perdu la vie lors d'un accident de la route.

C'est un accident meurtrier et tragique. Le bus transportait des jeunes protestants qui se rendaient à une réunion à Mahajanga au nord ouest de Madagascar. Il est tombé dans un ravin dans la nuit du lundi au mardi. L'accident est survenu à 72 kilomètres de la capitale Antananarivo. Le bilan provisoire relayé par le service information de la Présidence de la République parle d'une trentaine de morts et de dizaines de blessés. «Le bus a mal abordé une montée et est tombé dans un ravin d'environ 20 mètres. Il a pris feu après avoir fait plusieurs tonneaux. Douze corps calcinés ont été sortis du véhicule,» explique le commandant Herilalatiana Andrianarisaona, responsable de la communication de la gendarmerie.
 
MADAGASCAR a5c8c
 
Ils étaient 140 pèlerins dans l'autocar à étage, une sorte d'autobus à impériale. Les victimes sont des fidèles de l'église protestante FJKM Soavinandriana Itasy, dont des scouts, ainsi que des pèlerins de la section des jeunes chrétiens (STK). «Des problèmes persistants de passage de rapports ainsi qu'une défaillance au niveau du système d'air ont été signalés. En arrivant à Imerintsiatosika, il a fallu qu'on fasse un arrêt suite à une crevaison,» confie la pasteure Saholinirina Raharivola, représentante du comité central de la STK auprès de synode de Soavinandriana, citée par L'Express de Madagascar.

Sanctions sévères
Lorsque l'accident est survenu, l'information était vite relayée sur les réseaux sociaux notamment Facebook. Le système de secours était mis en place. L'église protestante FJKM a lancé un appel au secours aux citoyens malgaches pour des dons de sang ou encore une aide financière à travers un téléthon.
 
Les accidents meurtriers sont fréquents à Madagascar où le réseau routier comme les véhicules sont extrêmement vétustes. En janvier, la sortie de route d'un camion a fait au moins 47 personnes et 22 blessées lors d'un mariage. Devant ces drames, les autorités annoncent des sanctions sévères. Mais les mesures prises semblent se perdre en route.