Tchad : trois jours de grève pour les magistrats

Ils entendent boycotter le démarrage de la session criminelle de la cour d'Appel du tribunal de grande instance de la capitale, N'Djaména.

Magistrats tchadiens

A compter de ce lundi 8 août 2017, les magistrats tchadiens entament une cessation d'activités de trois jours. Dans le communiqué publié par le Syndicat des Magistrats du Tchad (SMT), ils estiment que « leur grille salariale n'a pas changé », regrettant que cette grille soit la plus faible dans la catégorie professionnelle du pays.


Pour les magistrats tchadiens, malgré leur volonté de travailler, leurs revendications sont restées sans satisfaction. En effet, le traitement des magistrats est constitué en grande partie de leurs indemnités, déplore le Syndicat des Magistrats qui notent que ses membres exigent le renouvellement du Conseil Supérieur de la magistrature présidé par le chef de l'Etat.

Selon une source judiciaire auprès de la cour d'Appel de Ndjaména, relayé par l'APA, il sera impossible de tenir une session criminelle avec une grève des magistrats. Laquelle sera probablement reportée à une date ultérieure.