Burundi : des séropositifs assistés par le PAM

Le projet d'aide piloté par l'organisation onusienne et la Croix rouge Burundi avait été suspendu il y a deux ans, faute de ressources. Plongeant les bénéficiaires dans le désarroi.

Le projet d'assistance aux personnes vivant avec le vih/sida (pvvihs) vient de reprendre. Il s'étalera de sur cinq mois, de juillet à décembre 2017 et sera piloté par le Programme alimentaire mondial (PAM) et la Croix rouge Burundi. Suspendue en 2015 faute de ressources, la reprise de la distribution de cette aide redonnera de l'espoir aux personnes bénéficiaires. Selon Michel Rwamo chargé de la communication au Programme alimentaire mondiale, PAM, ces ressources sont disponibles à la Croix-Rouge Burundi, seule récipiendaire du fonds mondial de lutte contre le vih/sida, le paludisme et la tuberculose. Ce sont donc quelque 5425 pvvihs et sous antirétroviraux, choisis à travers le pays selon des critères précis, qui reprennent espoir dans le combat contre la maladie.

Croix rouge burundi 66226

Grande satisfaction
L'annonce de cette reprise de distribution des kits nutritionnels a réjoui plus d'un. Kamikazi Caritas, chef d'antenne de l'Association nationale de soutien aux séropositifs sidéens, antenne Bujumbura, a accueilli avec joie la nouvelle. « C'est une lueur d'espoir pour les bénéficiaires. Certains avaient même arrêté de prendre les médicaments car cela demandait plus de nourriture et les démunis n'en ont pas. En deux ans, avec l'interruption de l'assistance alimentaire, les activités génératrices de revenus qui avaient été entreprises ont pour la plupart des cas été délaissées ». Kamikazi Caritas de l'ANSS estime cependant que les critères retenus sont rigides. L'indice masse corporelle (rapport poids-taille) qui est l'un des critères de choix des bénéficiaire, fixé à 17, devrait être rehaussé pour que le nombre de bénéficiaires augmente.

En effet, pour être éligible à ce programme, des critères sont établis afin de mettre en place les catégories de personnes à assister. Selon le porte –parole de la Croix-Rouge Burundi Alexis Manirakiza, les catégories retenues sont : les personnes souffrant de malnutrition aigüe sévère, de malnutrition aigüe modérée, les femmes sous le protocole prévention de la transmission du vih/sida de la mère à l'enfant (PTME), les enfants issus des mères sous PTME et les orphelins du sida appelés Oevs. Toutes ces personnes doivent être sous antirétroviraux, rappelle le porte-parole de la Croix-Rouge du Burundi. Adelaïde Minani, séropositive et sous PTME, a trois enfants. Deux des trois enfants sont nés sans virus du sida. Elle apprécie ce programme car elle va bénéficier du kit nutritionnel du duo et elle prendra davantage de forces. Oui, elle est satisfaite de la reprise de ce programme.