Maroc : 15 femmes meurent dans un mouvement de foule

Elles sont désormais les martyrs de la farine. La bousculade meurtrière d'Essaouira expose l'ampleur des disparités entre riches et pauvres !

Dans la localité de sidi Bousalam, on compte ses morts. Elles sont quinze femmes résidentes de ce petit village rural et pauvre situé à environ 60 km au nord-est d'Essaouira, à avoir péri lors d'un mouvement de foule qui s'est produit pendant la distribution des aides alimentaires. Un triste record. Les gens sont choqués, anéantis. Personne ne s'attendait à un tel scénario. En pleurs, les familles identifiaient leurs proches à la morgue de l'hôpital d'Essaouira. Certaines familles ont déjà enterré leurs morts.
 
Faim Maroc 3ded9
 
Les martyrs de la farine...
Les autorités locales ont assuré que toutes les dispositions avaient été prises pour que tout se passe bien. Seulement l'affluence a dépassé les estimations. En effet, des centaines de femmes de tous âges, s'étaient rendues ce fameux dimanche sur la place du marché pour bénéficier de la distribution de paniers remplis de victuailles, organisée chaque année par un Imam de Casablanca. Selon une source locale, il y avait aussi des citoyens qui n'avaient besoin de rien et sont venus pour profiter de l'aide et la vendre. Le mouvement de foule a provoqué la mort de 15 femmes. Dix autres ont été blessées. Triste sort : toutes ces femmes ont été piétinées pour des kits de produits alimentaires contenant chacun un sac de farine, du sucre, de l'huile et des lentilles d'une valeur totale de 14,3 euros.
 
Pauvreté ou mauvaise organisation...
Plusieurs voix se sont levées pour dénoncer le manque d'encadrement de l'opération de distribution. Les autorités ont réagi : le roi du Maroc a donné ses instructions pour déterminer les circonstances exactes du drame, il a également appelé à encadrer rigoureusement les opérations d'appel à la générosité publique et de distribution d'aides aux populations démunies. Le ministère de l'Intérieur a par ailleurs, ouvert une enquête et les auditions des responsables locaux ont d'ores et déjà commencé.