Le Burundi sera présent aux J.O de Rio

Six athlètes burundais – 2 femmes et 4 hommes - sont déjà qualifiés pour les Jeux Olympiques de Rio en août prochain. Ils porteront les couleurs d'un pays rongé par la crise politique.

Francine Niyonsaba est parmi les athlètes à observer de près à Rio. Cette jeune fille qui vient d''être classée première au championnat du monde en salle le 19 mars à Portland aux Etats-Unies sur le 800 m est actuellement considérée parmi les spécialistes de cette discipline. Elle a début juin remporté la première place au Diamond league, une compétition qui met aux prises les plus grands athlètes de la planète.

SABA c0c5a

Le 22 mai à Rabat, elle a gagné l''argent derrière Semenya et le elle tentera bientôt de battre cette sud-africaine spécialiste de cette distance à Rome. Pour les spécialistes de l''athlétisme, Francine Niyonsaba a plus de chance de gagner une médaille à Rio pour sa deuxième participation aux J.O. A Londres, elle s''est classée 7e.

Sur la même distance, le Burundi aura également les yeux tournés vers Antoine Gakeme. Classé deuxième au championnat du monde en salle, ce jeune officier de l''armée burundaise a remporté le 29 mai à Mersin, en Turquie, le championnat d'Europe des clubs champions pour le compte de son club basé en Espagne. A Rio Gakeme peut atteindre la finale, mais gagner une médaille est une tâche difficile si l'on considère les chronos des Kenyans, Botswanais et Ethiopiens, maîtres de la distance.

L'autre athlète burundais à suivre de près est Diane Nukuru spécialiste du marathon, mais qui peut aussi s'aligner sur le 10.000 m, une distance sur laquelle elle talonne de très près les Kenyanes et les Ethiopiennes.
A Rio, le Burundi pourrait récolter une deuxième médaille olympique, 20 ans après celle gagnée par Venuste Niyongabo à Atlanta en 1996.