Samba, la mascotte de la CAN 2017

La mascotte de la Coupe d’Afrique des Nations qui sera organisée par le Gabon en 2017 est une panthère noire. Elle s'appelle Samba.

Dévoilée vendredi, à Franceville au sud-est du Gabon, en présence du président de la Fédération internationale de football association (Fifa) Gianni Infantino, du président de la Confédération africaine de football, Issa Hayatou et du président gabonais, Ali Bongo Ondimba, la mascotte de la Can 2017 symbolise le nom de l'équipe du pays organisateur de l'évènement : les Panthères du Gabon.

gb mascotte CAN 2017 c2c50

C'est avant le coup d'envoi du match comptant pour la troisième journée des éliminatoires de la Can 2017, entre le Gabon et la Sierra Léone que Samba, de son vrai nom, a été officiellement présenté au public.

Portrait de Samba

Maillot jaune, short bleu, la mascotte est vêtue aux couleurs de l'équipe nationale. Elle symbolise l'équipe gabonaise. Elle est noire, griffes dehors et pouce en l'air. La féline ambassadrice de la CAN a pour vocation de fédérer toutes les énergies et toutes les passions. Son nom, Samba, déjà passé à la postérité internationale après un long cheminement dans l'histoire des peuples bantous, des côtes africaines aux rivages du Brésil, annonce la chaleureuse hospitalité à la Gabonaise.

Appréciations populaires

Contrairement à Gagui la mascotte de la dernière CAN organisée par le Gabon, Samba ne fait pas l'unanimité auprès des Gabonais et amoureux du ballon rond. Certains s'attendaient à une mascotte plus attractive. L'idée de mettre en avant la panthère, symbole de l'équipe nationale a été bien réfléchie, mais il a eu une exagération sur le portrait même de ce symbole. « Elle peut faire peur aux enfants », confie Greg Moukagni Moukagni, un citoyen. « Cette mascotte a été créé à la va-vite. Elle n'est pas le portrait réel de ce qu'est une panthère gabonaise. Gagui était plus représentative du Gabon : la forêt, les couleurs, le gorille, etc. Je ne me retrouve pas en Samba. Les panthères noires, on en trouve très peu au Gabon, » confie un journaliste sportif dans un média gabonais.