Burkina Faso: la CAF sanctionne le Racing club du Kadiogo

La CAF sanctionne lourdement le Racing club du Kadiogo (RCK) pour les échauffourées survenues, en mars dernier à Ouagadougou, lors d’un match contre l"USMA d'Algérie.

La commission discipline de la CAF n'a pas été tendre avec le RCK et son entraineur, au sujet des échauffourées qui ont émaillé, le 18 mars dernier, le match retour contre l'USMA d'Algérie. Cette confrontation comptait pour les 16e de finale de la Ligue africaine des clubs champions.

bf rck 70482Photo d'illustration

Réunie, lundi 3 avril au Caire pour statuer cette rencontre à problèmes, qui a vu l'éruption de supporters du RCK sur le terrain, la CAF a eu la main lourde contre le club burkinabè. La formation a été sommée de payer une amende de 30 000 dollars (environ 18 millions de francs CFA), pour jets de projectiles, mauvais comportement de son entraineur, Kamou Malo et son staff technique, et le comportement agressif et antisportif de ses supporters. L'entraineur, épinglé dans le rapport sur les évènements comme le principal instigateur, est suspendu pour huit matchs, dont quatre fermes et quatre avec sursis.

Mais les dirigeants du club incriminé n'entendent pas se laisser faire. Contacté par nos confrères de Sidwaya, le président du conseil d'administration du RCK, Amado Traoré, a indiqué que le club interjettera appel. L'instance dirigeante, à l'entendre, va se réunir pour voir les failles de la décision en vue de l'attaquer éventuellement.

Le match, qui a conduit à cette sanction avait été remporté par le RCK sur un score de 1 but à zéro. Une performance qui ne permettait pas au club de poursuivre dans la compétition, puisque s'étant incliné au match aller (2-0). Il n'en fallait pas plus pour que les supporters du RCK mécontents envahissent le terrain à la fin du match. Des violences s'en s'ont suivies, obligeant la CAF à régir de la plus forte manière cette semaine.