Mali: nouvelle plainte auprès de la Fifa

L'élection du nouveau président de la Fédération malienne de football est prévue le 8 octobre prochain. La candidature d'Aliou Sangaré a été rejetée, il porte plainte.

A Bamako, certains observateurs du football malien craignent désormais que l'élection du président de la Fédération malienne de football (Femafoot) soit reportée. Aliou Sangaré, président du club «Mont Rouge» de Sikasso a saisi la Fifa. Il proteste contre l'invalidation de sa candidature par la commission électorale. «Les faits qui ont été cités en disant que ma candidature a été rejetée parce que la liste n'a pas été parrainée par un membre votant et que je n'ai pas joint mon programme d'actions à ma candidature n'ont jamais été demandés par l'appel qui a été lancé. Il se trouve aussi que j'ai été parrainé par le président de l'ASB (Association sportive de Bamako) qui est membre votant», se défend M. Sangaré pour qui, l'attitude de la commission électorale est une ''violation manifeste des règles électorales de leur association et révélatrice de sa volonté de privilégier un candidat de son choix''. «Donc, je ne veux pas laisser cette affaire comme cela. J'ai saisi la Fifa le 30 août 2017», a-t-il confié au Studio Tamani.
 
Femafoot 7f3f8
 
Toutefois, selon certains observateurs, la plainte d'Aliou Sangaré a très peu de chance de d'aboutir. «Pour moi, c'est du dilatoire. Aliou Sangaré n'a aucune chance de gagner ce procès parce qu'au départ, ses dossiers n'étaient pas complets. On va faire les élections alors que ses dossiers sont en train d'être examinés», estime Baba Cissouma, journaliste sportif. La commission électorale avait enregistré onze candidatures au départ. Seulement deux, celles de Mamoutou Touré, membre du Comité exécutif sortant, et de Salaha Baby, ont été retenues. Le président sortant du Comité exécutif de la Femafoot, Boubacar Baba Diarra, n'est pas candidat à sa propre succession.
 
Selon la commission, les autres dossiers sont rejetés pour des raisons qui sont, entre autres: des erreurs administratives, le manque de parrainage et manque de certaines pièces. L'argumentaire ne semble pas convaincre le président du club «Mont Rouge» de Sikasso. Depuis quelques années, le football malien traverse une crise qui a, à plusieurs reprises, conduit les protagonistes devant la Fifa.