Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download
dimanche 22 avril 2018

Bill Gates contre une résurgence du paludisme

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

La mortalité liée au paludisme en déclin depuis 2000 a grimpé à nouveau en 2016, en raison d’une stagnation des efforts

Le milliardaire et philanthrope américain Bill Gates monte au créneau et met en garde contre une résurgence du paludisme, faute d’une volonté politique d’éradiquer définitivement la maladie. En effet, selon les derniers chiffre, la mortalité liée au paludisme était en déclin depuis 2000 avant de grimper à nouveau en 2016 en raison d’une stagnation des efforts pour lutter contre cette maladie mortelle. Cette régression en 2016 avec un nombre de cas en hausse doit servir d’alerte », a déclaré le cofondateur de Microsoft lors d’un sommet consacré au paludisme à Londres. « Le financement (de la recherche) doit être de long terme et nous devons nous montrer plus malin » dans la lutte contre cette maladie, « au poids inacceptable ».

Le sommet sur le paludisme se tenait en marge de celui des dirigeants des 53 pays membres du Commonwealth. Une organisation dont 90% de la population court le risque d’être atteinte de la maladie, a rappelé Bill Gates, appelant à maintenir l’effort financier pour l’éliminer. Les participants ont annoncé un investissement de 2,7 milliards de livres (3,1 milliards d’euros) dans la recherche, dont un milliard de dollars venant de Bill Gates (860 millions d’euros). Le directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), l’Éthiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus, atteint de la maladie qui a aussi tué son frère, a déclaré qu' »un nouvel élan » était nécessaire. « Le financement est en déclin », a-t-il regretté, appelant à « renouveler l’engagement politique ». « Nous sommes à un croisement. Si nous relâchons nos efforts, nous savons que le paludisme va revenir de plus belle », a-t-il ajouté.

Plus de 445.000 personnes sont mortes du paludisme en 2016, principalement des enfants de moins de cinq ans et des femmes enceintes. Un enfant en meurt toutes les deux minutes. Au total, 216 millions de personnes ont contracté la maladie cette année-là, dont 90% en Afrique où la maladie coûte 12 milliards de dollars à l’économie chaque année et absorbe 40% des dépenses de santé. Entre 2000 et 2015, la mortalité a reculé de 60%, ce qui représente sept millions de vie sauvées, a souligné Bill Gates qui finance la recherche contre cette maladie depuis 1999. Des progrès « impressionnants » mais qui doivent se poursuivre, a-t-il dit.

Ceuta : deux Africains meurent en franchissant la clôture frontalière

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Les autopsies réalisés par un médecin légiste doivent déterminer les causes de leur mort.

Les corps de deux jeunes Africains morts ont été découverts à Ceuta, dans une zone boisée proche de la clôture frontalière séparant le Maroc de l’enclave espagnole, qu’ils étaient parvenus à franchir, a-t-on appris auprès de la Garde civile. « Ils ne présentaient pas de contusions ni de traumatismes externes ni de coupures dues aux fils barbelés (de la clôture), rien », a déclaré un porte-parole de la Garde civile à Ceuta. Les autopsies réalisés par un médecin légiste doivent déterminer les causes de leur mort. Une enquête a été confiée à un juge d’instruction. Un migrant ayant franchi la clôture haute de 6,5 mètres en même temps qu’eux avait donné l’alerte pour que la Garde civile les recherche, a indiqué le porte-parole, Alfonso Cruzado.

Les deux jeunes hommes auraient erré dans la zone au relief accidenté, pendant plusieurs jours de mauvais temps. « Vendredi 13 avril 2018 après-midi, nous avons trouvé le premier corps sur un sentier du Mont Garcia Aldave, et le second samedi » dans une sorte de petit ravin recouvert de végétation, a indiqué le porte-parole. Le journal El Faro de Ceuta, qui rend compte chaque jour de l’actualité dans le périmètre frontalier, a fait état d’une hypothèse ayant « filtré de façon officieuse », avant les résultats d’autoposie : « Leur coeur se serait arrêté » alors qu’ils avaient été soumis à des « efforts excessifs, l’exposition au froid pendant des heures, la baisse brutale de la température ».

La directrice du journal El Faro, Carmen Echarri, a écrit que les migrants « passaient des mois d’extrême faiblesse dans les bois pour éviter d’être arrêtés au Maroc, épuisaient leur énergie en sautant les clôtures et en fuyant, courant sur des kilomètres dans les collines, parce qu’ils ont peur d’être refoulés et ne savent même pas où ils sont ».

Deux impressionnantes clôtures d’acier et de barbelés, dotées de capteurs et surveillées par caméras thermiques, barrent l’accès aux micro-territoires espagnols de Ceuta et Melilla, enclavés dans le nord du Maroc. Jeudi, un jeune Africain – mineur – s’était grièvement blessé en escaladant la clôture de Ceuta surmontée de barbelés coupants. Découvert entre deux grillages de la double clôture, il avait été hospitalisé dans l’enclave espagnole.

Serge Bilé, écrivain des Noirs « inconnu »

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Son dernier ouvrage, « Yasuké », porte sur un samouraï noir au XVIe siècle.

De la même manière que le soldat inconnu représente le sacrifice de tous les soldats, cet écrivain et présentateur à la télévision en Martinique espère que ses récits sur des « Noirs inconnus » mettront en lumière la vie de nombreux autres. Victimes noires des camps de la mort, ingénieur haïtien sur le Titanic, esclave-bourreau au Québec… Le Franco-Ivoirien Serge Bilé écrit sur les histoires oubliées des Noirs. Son dernier ouvrage, « Yasuké », porte sur un samouraï noir au XVIe siècle. « Il y a encore une méconnaissance de notre histoire (des Noirs) parce qu’elle est écrite par d’autres. L’histoire est écrite par les vainqueurs, dit-on », estime M. Bilé. Or « les Noirs ne sont pas que des figurants, ils ont eu un rôle, un rôle qui n’est pas relayé, qui n’est pas raconté. L’écrivain entend « restituer leur place à tous ces gens, quels qu’ils soient » – « je ne suis pas le seul, d’autres aussi y travaillent », souligne-t-il. Car « cette mémoire est importante pour nos enfants, qui auront le sentiment que quels que soient les événements de la vie et du monde, ils ont aussi participé », explique M. Bilé.

Une histoire que M. Bilé a découverte grâce à ses lecteurs.

« Yasuké, le samouraï noir » est dans cette veine. Il raconte la vie de Yasuké, un Makua (principale ethnie de l’actuel Mozambique) capturé par des marchands d’esclaves, vendu à Goa à des Jésuites qui l’emmènent ensuite au Japon, où il entre au service du seigneur Oda Nobunaga. Celui-ci, surpris par la couleur de Yasuké, le fait même se déshabiller et se laver pour s’assurer que la couleur de sa peau n’est pas un artifice… « Depuis mon premier livre +Noirs dans les camps nazis+ (Serpent à Plumes) en 2005, mes lecteurs m’envoient des messages pour me dire +telle ou telle personnalité pourrait vous intéresser+. C’est comme ça que j’ai écrit un livre sur le seul passager noir du Titanic (Grand West) », raconte-t-il.

Un lecteur féru d’arts martiaux

Pour Yasuké, « un lecteur martiniquais féru d’arts martiaux m’a écrit pour me dire qu’il avait appris l’existence d’un samouraï noir. A partir de là, j’ai commencé à travailler, à mettre en place tout un réseau de recherche dans les archives japonaises et portugaises avec des amis japonais et portugais, et c’est comme ça j’ai retrouvé la trace de ce samouraï. » Serge Bilé brode un peu sur la vie de Yasuké pour rendre son personnage vivant mais il reste dans le carcan historique, citant des textes et témoins de l’époque, jusqu’à la dernière bataille de son seigneur, date à laquelle on perd la trace de Yasuké.

Cet écrivain qui a quitté la Côte d’Ivoire pour la France n’a jamais oublié ses racines. Lors de son premier poste de journaliste en Guyane en 1994, il a ainsi été à la rencontre des Bonis (« Noirs marrons ») découvrant qu’une partie venait de son pays natal. Il a organisé un voyage touristique de retour en Côte d’Ivoire il y a une vingtaine d’années pour faire découvrir à certains d’entre eux la terre de leurs ancêtres. Aujourd’hui, il revient tous les trois mois en Côte d’Ivoire où il tente de diffuser ses écrits. « Mon éditeur Owen m’a offert les droits pour l’Afrique. Avec la maison d’édition que j’ai créée ici (Kofiba), je publie mes livres qui se vendent entre 3.000 et 5.000 francs CFA (4,50 à 7,50 euros). Sinon, comme produits d’importation, mes livres coûteraient trop cher pour les bourses ivoiriennes », dit-il. « C’est ma petite contribution au pays ».

Bolloré : 300 millions d’€ dans le transport et la logistique en Afrique

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Les investissements du groupe vont concerner le stockage en Afrique de l’Est et « la fluidification de la logistique » sur le continent

Le groupe français Bolloré, spécialisé dans la logistique portuaire et ferroviaire va investir 300 millions d’euros en 2018, dans ces secteurs en Afrique où la croissance devrait progresser pour atteindre 3,5% en 2019. « Nous sommes déterminés à investir en Afrique (…) à participer à la transformation logistique de ce continent qui offre des perspectives de développement certaines » a dit Philippe Labonne, directeur général de Bolloré transports et logistiques. « Nous allons persévérer dans nos investissements avec un montant de 300 millions d’euros en 2018 pour améliorer les infrastructures et lancer de nouveaux projets » a poursuivi, M. Labonne, en marge du Africa CEO-forum, réunissant les patrons, qui se tient depuis lundi à Abidjan, la capitale économique ivoirienne.M. Labonne a également annoncé pour « juin 2019 », la construction à Abidjan d’un deuxième terminal portuaire capable d’accueillir les « plus grands porte-conteneurs fréquentant les côtes africaines ».

Le groupe Bolloré assure depuis 2004 la gestion et l’exploitation du terminal à conteneurs du port d’Abidjan, leader en Afrique de l’Ouest et représentant 90% des échanges extérieurs de la Côte d’Ivoire. Le port d’Abidjan approvisionne également les pays de la sous-région dépourvus de façades maritimes (Mali, Niger et Burkina Faso). Enfin, les investissements du groupe vont concerner le stockage en Afrique de l’Est et « la fluidification de la logistique » sur le continent. « En Afrique un conteneur reste en moyenne 15 jours dans les ports contre deux en Asie, ces 13 jours font la différence entre la compétitivité d’un producteur en Afrique et la productivité d’un producteur en Asie » a souligné M. Labonne.

Bolloré, leader dans l’exportation des matières agricoles en Côte d’Ivoire, a inauguré fin février à Abidjan un nouvel entrepôt moderne destiné à accroître le stockage du cacao dont le pays est le premier producteur mondial. Le groupe a récemment construit un nouvel entrepôt ultramoderne de 600.000 m3 à Rouen (France) qui permet de livrer des produits pétroliers à l’Afrique.

Israël : la prison et non l’expulsion

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Les milliers d’Érythréens et de Soudanais entrés illégalement dans le pays et qui n’ont pas de demande d’asile en cours d’instruction doivent partir d’ici le 1er avril 2018

Aux abords du centre de rétention d’Holot dans le sud d’Israël, les migrants africains menacés d’expulsion sont catégoriques : plutôt finir en prison qu’être envoyés dans un pays inconnu. Israël se prépare à expulser des milliers d’Érythréens et de Soudanais entrés illégalement dans le pays et qui n’ont pas de demande d’asile en cours d’instruction. Il leur donne le choix : partir d’ici au 1er avril –soit pour leur pays d’origine soit pour un pays tiers– ou bien aller indéfiniment en prison. Le gouvernement garde secret le nom du ou des pays avec lesquels il se serait entendu pour accueillir les migrants qui seraient chassés d’Israël. Les organisations d’aide aux migrants parlent de l’Ouganda et du Rwanda.

Les autorités ont commencé ces derniers jours à distribuer des imprimés aux migrants d’Holot et à ceux qui se présentaient aux services de l’administration pour renouveler leur permis de séjour de deux mois. Pour le moment, le document s’adresse aux hommes seuls. Ils ont 60 jours pour quitter Israël vers un pays « sûr » qui affiche « un des plus forts taux de croissance d’Afrique » et qui leur permettra de travailler, dit-il. Israël leur paie l’avion et ils recevront 3.500 dollars à leur départ à l’aéroport. Auprès du centre d’Holot, une structure recevant actuellement 1.200 migrants mais censée fermer le 1er avril, les intéressés assurent qu’ils préfèrent encore la prison à un nouveau voyage dans l’inconnu, a fortiori au Rwanda ou en Ouganda où ils ne peuvent imaginer une vie meilleure. « Je n’irai pas la-bas », proclame Abda Ishmael, un Erythréen de 28 ans, dans un hébreu parfait.

11 demandes d’asile acceptées

« Les gars qui sont allés au Rwanda et en Ouganda, on a vu ce qui leur est arrivé », explique-t-il, évoquant les récits de migrants déjà partis par le passé et menant une vie misérable… ou pire. En vérité, ces migrants, face aux conditions dans leur nouveau pays d’accueil, repartent souvent avec l’espoir d’atteindre l’Europe, par des routes dangereuses. « On sait que des gens ont été tués sur le chemin de la Libye, que d’autres sont morts de faim ou de soif dans le désert », dit Abda Ishmael, arrivé en 2011 d’Erythrée en Israël au prix d’un périple jalonné d’épreuves. Le plan du gouvernement, considéré comme le plus à droite de l’histoire d’Israël, a suscité une large réprobation, de la part de l’agence de l’ONU pour les réfugiés (HCR), d’intellectuels ou de médecins. Des survivants de l’Holocauste ont souligné que leur pays avait le devoir de protéger les migrants.

Les responsables israéliens assurent qu’aucun demandeur d’asile ou migrant ayant obtenu le statut de réfugié ne sera expulsé. Mais le rythme d’octroi de ce statut est particulièrement lent. Selon le ministère de l’Intérieur, 42.000 migrants africains vivent en Israël, dont la moitié d’enfants, de femmes ou d’hommes qui ont des familles et ne sont pas menacés par l’échéance du 1er avril. Mais sur les 15.400 demandes d’asile enregistrées à ce jour, 6.600 ont été traitées et onze seulement ont reçu une réponse favorable.

‘Pays de mort’

Un millier de Soudanais originaires du Darfour ont par ailleurs obtenu un statut spécial qui les met à l’abri de l’expulsion. Mais tous les hommes seuls qui n’ont pas soumis de demande d’asile, ou dont cette demande a été rejetée, sont expulsables. Ces immigrés sont arrivés très majoritairement après 2007. La frontière alors poreuse avec l’Egypte a depuis été rendue quasiment hermétique, mettant fin aux passages clandestins. Les migrants se sont installés en nombre dans le sud de Tel-Aviv, travaillant volontiers à la plonge ou dans les cuisines des restaurants. Cette coexistence a causé des frictions avec les Israéliens. Des responsables religieux et conservateurs ont présenté la présence de ces musulmans ou chrétiens comme une menace pour l’identité juive d’Israël.

Les partisans du plan assurent que le Rwanda ou l’Ouganda offrent des garanties suffisantes. Mais pour Shishay Tewelde Medihin, un autre Erythréen de 24 ans, le Rwanda et l’Ouganda sont des « pays de mort ». « Israël me vend pour 5.000 dollars », déclare-t-il, en faisant allusion aux informations sur la somme qu’Israël verserait aux pays tiers pour chaque migrant accueillis. « Je resterai dans la prison de Saharonim (en Israël). Je n’irai pas dans un pays qui ne me reconnaît pas » comme réfugié, prévient-il. « Au moins à Holot ou à Saharonim, je ne me fais pas tuer ou violer », abonde Abda Ishmael.

L’un et l’autre ont le mal de leur pays qu’ils disent avoir dû fuir en raison de la dictature en place selon eux. « Si les choses s’amélioraient là-bas, je ne resterai pas une minute de plus ici. Je me languis de mon pays, de ma mère, de mon peuple », confie Shishay Tewelde Medihin, « je ne voulais pas devenir un réfugié ».

La France appelle le Japon à aider la force du G5 Sahel

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Les 250 millions d’euros nécessaires au lancement de la force conjointe ont été largement réunis. Un sommet aura lieu le 23 février à Bruxelles pour attirer de nouveaux donateurs

La ministre française de la Défense, Florence Parly, a appelé le Japon à fournir une aide financière ou matérielle à la force conjointe antijihadiste du G5 Sahel, à l’occasion d’une visite à Tokyo. « Un travail est en cours en ce moment dans le monde entier pour réunir des contributions qui peuvent être des contributions financières, des contributions en nature afin d’accélérer l’équipement de cette force (…) de pays parmi les plus pauvres de la planète », a déclaré Mme Parly au sujet de cette coopération entre les armées du Mali, du Burkina Faso, du Niger, de la Mauritanie et du Tchad.

De nombreux pays aux histoires et aux cultures très diverses ont déjà accepté de s’associer à cet effort et ici à Tokyo  » nous avons ensemble dit combien toute aide que le Japon déciderait d’apporter au G5 Sahel serait extrêmement précieuse », a déclaré la ministre, qui participe avec le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian à des discussions dites 2+2 avec les ministres de la Défense et des Affaires étrangères du Japon. Mme Parly a dit avoir avec M. Le Drian évoqué auprès de Tokyo cette réunion de Bruxelles pour l’inviter à compléter son action en Afrique « déjà importante dans la contribution au développement de ces pays mais également par sa présence militaire à Djibouti ».

Les 250 millions d’euros nécessaires au lancement de la force conjointe ont été largement réunis. Outre les 10 millions fournis par chacun des États membres du G5, l’Arabie saoudite a promis 100 millions d’euros, les Emirats arabes unis 30 millions, l’Union européenne 50 millions et les Etats-Unis 60 millions de dollars (sous forme d’aide bilatérale). Un sommet aura lieu le 23 février à Bruxelles pour attirer de nouveaux donateurs.

Les Etats-Unis « respectent profondément » les Africains

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

N’empêche, que selon Trump, des pays d’Afrique ainsi qu’à Haïti et au Salvador restent des « pays de merde »

Donald Trump a assuré dans un courrier aux dirigeants africains que les Etats-Unis « respectent profondément » les Africains, a-t-on appris dimanche de sources diplomatiques, deux semaines après un concert d’indignations provoqué par des propos insultants pour l’Afrique attribués au président américain. Dans cette lettre datée de jeudi 25 janvier 2018, et adressée aux chefs d’Etat rassemblés dimanche et lundi pour le 30e sommet de l’Union africaine, dans la capitale éthiopienne Addis Abeba, M. Trump indique par ailleurs que le secrétaire d’Etat Rex Tillerson se rendrait sur le continent en mars, pour la première fois depuis qu’il est chef de la diplomatie américaine.

Une source au sein de l’UA a confirmé l’authenticité du courrier, relayé sur les réseaux sociaux, ainsi que sa réception par la Commission de l’organisation africaine. Chris Meade, un diplomate de la mission américaine auprès de l’UA, a confirmé qu’un courrier avait bien été envoyé, mais n’a pas souhaité commenter son contenu. « Les Etats-Unis respectent profondément les partenariats et les valeurs que nous partageons avec l’Union africaine, ses pays membres et ses citoyens à travers le continent. Je tiens à souligner que les Etats-Unis respectent profondément les Africains », assure le président Trump dans ce document. « Nos soldats combattent côte à côte pour défaire les terroristes » et « nous travaillons ensemble pour intensifier un commerce libre, juste et réciproque », a-t-il notamment ajouté.

Lors d’une réunion avec plusieurs sénateurs dans le Bureau ovale le 12 janvier, M. Trump avait utilisé le terme « pays de merde » en référence à des pays d’Afrique ainsi qu’à Haïti et au Salvador, selon plusieurs médias et un sénateur ayant participé à la réunion. M. Trump, dont les propos ont provoqué un concert d’indignation, s’était notamment défendu dans une formule alambiquée, affirmant que « le langage que j’ai utilisé lors de la réunion était dur mais ce ne sont pas les mots utilisés ».

Le président américain n’a pas fait référence à ces propos dans son courrier de jeudi, mais a annoncé que « le secrétaire d’Etat Rex Tillerson se rendra en Afrique pour une visite prolongée en mars ». Aux dirigeants africains, M. Trump a également dit « se réjouir à l’idée de recevoir nombre d’entre vous à la Maison Blanche ». Le 13 janvier, les ambassadeurs de 54 pays africains à l’ONU avaient exigé « rétractations » et « excuses ». Selon des sources concordantes, les 55 pays membres de l’Union africaines pourraient adopter lors du sommet d’Addis Abeba une déclaration commune condamnant les propos de M. Trump.

Maroc: l’UA se penche sur l’intégration des migrants en Afrique

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

L’Afrique du Sud arrive en tête des destinations d’accueil sur le continent avec 3,1 millions de migrants africains, suivie de la Côte d’Ivoire (2,1 millions) et du Nigeria (1,9 millions)

Une quinzaine de ministres des Affaires étrangères de l’Union africaine (UA) se sont réunis à Rabat pour élaborer un « agenda africain sur la migration », centré notamment sur l’intégration des migrants sur ce continent. Les résultats de cette « réflexion collective » seront présentés lors du prochain sommet de l’Union africaine, prévu fin janvier à Addis Abeba, a précisé le chef de la diplomatie marocaine Nasser Bourita à l’ouverture des travaux.

La migration en Afrique est essentiellement intra-africaine : 80% des migrants originaires de pays d’Afrique choisissent une destination du continent, seulement 12% parvenant en Europe. L’Afrique du Sud arrive en tête des destinations d’accueil sur le continent avec 3,1 millions de migrants africains, suivie de la Côte d’Ivoire (2,1 millions) et du Nigeria (1,9 millions). « L’intégration des migrants et le partage des responsabilités en matière de gestion des frontières, d’intégration et de réintégration, seront quelques-uns des volets majeurs de l’agenda africain sur la migration », a déclaré le ministre marocain lors de cette conférence ministérielle.

La rencontre, qui a réuni une quinzaine de représentants des différentes sous-régions du continent, s’inscrit dans le cadre du mandat panafricain confiée en mars au roi Mohammed VI pour élaborer une « vision commune » sur le programme migratoire de l’organisation panafricaine. Le Maroc, qui a réintégré l’UA début 2017, préconise une migration intra-africaine ordonnée. « Nous devons mettre la migration régulière au service du développement socio-économique du continent (…) La politique migratoire ne peut se fonder uniquement sur les impératifs sécuritaires », a plaidé pendant les débats Mamadi Touré, ministre guinéen des Affaires étrangères et président du Conseil exécutif de l’UA.

Pour la Sud-africaine Maite Nkoana-Mashabane, « la meilleure ressource est notre capital humain, jeune et prometteur, d’où la nécessité de conjuguer les efforts afin de l’inciter à travailler en faveur du continent et à participer activement à son développement ». Pour Mamadi Touré, « la lutte contre la migration irrégulière nécessite l’implication de tous les acteurs (…) en joignant nos efforts nous pourrons mettre en œuvre une stratégie viable et assurer un meilleur avenir à la jeunesse africaine », a-t-il dit. La question migratoire a été un des grands sujets du dernier sommet UE-UA qui s’est tenu fin novembre à Abidjan, alors que les Européens cherchent à limiter l’afflux de migrants et réfugiés sur son territoire.