Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download
vendredi 19 octobre 2018

Evénement : la nuit du football africain débarque en France

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

La cérémonie récompense des meilleurs acteurs du ballon rond continental d’hier et d’aujourd’hui.

Organisé depuis 5 ans en Afrique, la Nuit du Football Africain passe les frontières du continent. Dans un communiqué, les organisateurs indiquent que la 6ème édition aura lieu à Paris en France. Comme chaque année depuis 5 ans maintenant, l’Afrique va célébrer ses légendes du football. Ce sera à l’occasion de la 6ème édition de la « LA NUIT DU FOOTBALL AFRICAIN TOTAL » qui se tiendra pour la première fois de son histoire à Paris, le dimanche 20 mai 2018.

La NFA s’est ainsi trouvée deux partenaires de luxe avec le géant pétrolier Total et Canal+. « Au programme, une conférence débat, un match de gala et une cérémonie de récompenses, agrémenteront cette journée au cours de laquelle, plusieurs acteurs du football africain mais aussi ceux du monde entier seront honorés » , annonce-t-on.

Depuis ses débuts, la Nuit du football africain a été organisée à Abidjan puis à Ouagadougou. La cérémonie récompense des meilleurs acteurs du ballon rond continental d’hier et d’aujourd’hui.

Afrique centrale : carton jaune pour les fédérations de foot

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

La Fecafoot- Cameroun – a été placée sous tutelle d’un comité de normalisation après la dissolution par la Fifa en août 2017 de son comité exécutif.

Mises en garde des instances internationales, accusations de corruption et de mal-gouvernance, mise sous tutelle… Les fédérations de football broient du noir en Afrique centrale où des élections pour élire leurs présidents ont eu lieu au Gabon et en Guinée équatoriale. « Mes priorités pour l’instant sont les compétitions nationales et internationales, la réorganisation de la fédération viendra après », a déclaré, à peine élu, Gustavo Ndong Edu, nouveau président de la Feguifut, la fédération de football de Guinée équatoriale. Réorganiser la fédération, M. Ndong Edu devra pourtant le faire tant le football équato-guinéen est mal en point: la Guinée n’a pas participé à la dernière Coupe d’Afrique des Nations en 2017, les polémiques ne cessent d’enfler autour d’accusations d’ingérence des autorités dans l’administration du foot, et le championnat a été suspendu en janvier après la démission du président de la fédération.

Celui-ci, Andres Jorge Mbomio, qui était aussi ministre des sports à l’époque, ne s’était pas représenté à sa réélection, pour selon lui « sauver l’image du football » de Guinée, après de multiples critiques du fait de sa double casquette. Parallèlement, la Fédération internationale de football (Fifa) a demandé fin mars 2018 à Malabo de « débloquer » le compte bancaire de la fédération, sur lequel la Fifa verse des subventions diverses, menaçant le pays de « sanction pouvant aller jusqu’à la suspension ». Le compte a été débloqué vendredi, la veille du scrutin, selon M. Mbomio. « Les intérêts économiques et personnels sont venus mettre à mal le football de Guinée équatoriale », observe une ancienne star du ballon rond en Guinée, sous couvert d’anonymat.

– ‘Détournements d’un million de dollars’ –

Au Gabon, la fédération de football gabonaise (Fegafoot) a aussi été mise en garde par la Fifa en mars sur l’élection du nouveau président. La « non-conformité (de l’élection aux statuts de la Fegafoot) pourrait contribuer à une déstabilisation institutionnelle de la Fegafoot », disait le courrier obtenu par les médias.  Reportée, l’élection s’est finalement tenue samedi, avec comme issue la réélection du président sortant, Pierre-Alain Mounguengui. Il aura la lourde tâche de remettre d’aplomb sa fédération, qui est dans un « réel coma » et en « déliquescence », selon le journal pro-gouvernemental, L’Union. « L’issue de cette élection donne un sentiment de gâchis, c’était une occasion de repartir à zéro… Mais les intérêts personnels ont pris le dessus sur l’intérêt collectif », note Freddhy Koula, journaliste sportif gabonais, qui estime que « la corruption et les compromis sont les maîtres mots de ce type d’élection au Gabon ».

En République Démocratique du Congo (RDC), le monde du foot a vu la semaine dernière plusieurs de ses dirigeants être placés en garde à vue, dont le président de la fédération Constant Omari – qui a été remis en liberté provisoire le lendemain. M. Omari, par ailleurs vice-président de la CAF, et trois autres dirigeants du foot congolais ont été « entendus sur des présumés détournements d’un million de dollars destiné à l’organisation de quatre matches de football », a déclaré Me Alain Makengo, un défenseur des sportifs congolais, alors que la ligue congolaise de football a suspendu ses activités en solidarité avec Omari et ses hommes.

– Ancien chef antibalaka –

En RCA voisine, où une grande majorité du territoire est contrôlée par des groupes armés qui combattent pour le contrôle des ressources, la fédération est entre les mains d’un ancien chef antibalaka, Patrice-Edouard Ngaissona. Plusieurs fois par le passé dans le viseur de la justice, son nom est régulièrement cité dans les rapports de l’ONU et dans les notes d’enquête de la justice centrafricaine comme l’une des têtes de pont des milices antibalaka qui ont semé la terreur dans le pays à partir de 2013. Début février 2018, il avait défrayé la chronique en étant élu au comité exécutif de la Confédération africaine de football (CAF), suscitant les critiques d’ONG de défense des droits de l’homme. Aujourd’hui, il siège à l’instance africaine, et l’équipe nationale centrafricaine essaie de se qualifier pour la prochaine CAN, qui se jouera en 2019 au Cameroun.

Le champion d’Afrique y remettra à domicile son titre de 2017 en jeu, mais des doutes planent sur la capacité du pays à organiser la compétition, et la fédération camerounaise de football (Fecafoot) a été placée sous tutelle d’un comité de normalisation après la dissolution par la Fifa en août 2017 de son comité exécutif. Conséquences de ces déboires de fédérations: mis à part le Cameroun, les sélections nationales de la sous-région peinent à sortir du lot, et si les joueurs vedettes jouent majoritairement en Europe, leurs coéquipiers locaux évoluant dans les championnats d’Afrique centrale, RDC, Gabon et Centrafrique en tête, n’ont souvent ni contrat, ni salaire.

Mondial 2018 : les Pharaons dispensés de jeûne

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Les entraînements et un des matchs officiels de l’équipe egyptienne coïncident avec le mois sacré du Ramadan. 

Le Mufti d’Egypte, Shawki Allam, a autorisé les joueurs de l’équipe des pharaons à ne pas observer le jeûne, lors de la prochaine Coupe du monde de Russie, du fait que leurs entraînements et l’un de leurs matchs officiels, coïncident avec le mois sacré du Ramadan. Dans une déclaration accordée au journal Al-Masry Al-Youm, le Mufti a expliqué qu’il se préparait à émettre une fatwa, dispensant les joueurs de l’équipe nationale de football, d’observer le jeûne du mois de Ramadan pendant la Coupe du Monde en Russie. Le mufti a indiqué que la fatwa sera accompagnée par des arguments et des justifications étayant sa conformité aux préceptes de la religion musulmane,

Il a déclaré que la règle régissant le voyage (durant le mois de Ramadan, Ndlr) « s’applique à la tâche des joueurs lors des matches de la Coupe du Monde de Russie 2018. Cette règle est générale et nous nous basons, dans la résolution de la question de leur dispense de jeûne, sur la règle régissant le voyage durant le mois saint, jusqu’à leur retour au pays, conformément à la règle élargie relative à la durée du voyage. » Et le Mufti d’ajouter que « voyager en soi autorise à ne pas jeûner, sachant que les exégètes adoptent des interprétations allant de la plus large à la plus étroite, dans la détermination de la définition du voyage ».

L’Egypte participe à la phase finale de la Coupe du monde, après 28 ans d’absence, partageant le premier groupe avec la Russie, l’Arabie Saoudite et l’Uruguay. L’équipe égyptienne débutera la Coupe du monde le 15 juin, avec un match contre l’Uruguay, qui sera le seul match qu’elle disputera avant la fin du mois de Ramadan, qui débutera le 17 mai prochain, selon des calculs astronomiques. L’équipe des pharaons sera en stage d’entraînement en Europe, pour la préparation de la Coupe du monde. Elle disputera deux matches amicaux durant ce stage, qui se tiendra vers la mi-mai, coïncidant avec le mois du jeûne chez les musulmans.

 

La Fifa à Tripoli pour étudier la levée de l’interdiction des matches

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Elle avait été levée en avril 2013, avant son rétablissement après une flambée des violences en cette même fin d’année.

Une mission de la fédération internationale de football (Fifa) s’est rendue à Tripoli pour étudier la possibilité de lever l’interdiction des matches internationaux imposée à la Libye en raison d’une insécurité chronique. Imposée depuis 2011 en raison du conflit qui a renversé Mouammar Kadhafi, la Fifa avait levé cette interdiction en avril 2013, avant de la rétablir quelques mois plus tard après une flambée des violences. La sélection et les clubs libyens étaient contraints de jouer leurs matches internationaux dans des pays voisins, en particulier en Tunisie. 

Présidée par Véron Mosengo-Omba, directeur des associations membres et du développement Afrique-Caraïbe, la délégation de la Fifa a rencontré mercredi le chef du gouvernement d’union nationale (GNA) Fayez al-Sarraj. Elle a assisté également à une rencontre du championnat local dans le stade de Tripoli et a visité une académie de football dans la banlieue-ouest de la capitale.

Dans une déclaration à la presse, M. Mosengo-Omba a indiqué qu’il soumettrait son rapport à la Fifa pour ouvrir la voie à une possible levée de l’interdiction des matches internationaux dans le pays. « Ma présence ici lance le processus pour revoir des matches internationaux se jouer en Libye », a-t-il déclaré. M. Mosengo-Omba a précisé qu’il soumettrait un rapport aux instances de la Fifa concernées. Celles-ci décideront plus tard de la levée ou du maintien de l’interdiction des matches internationaux, a-t-il dit.